Naufrage du Concordia: Les familles des disparus français sont arrivées sur l'île

DRAME Quatre Français ont trouvé la mort, tandis qu'un jeune couple est toujours porté disparu...

Julien Ménielle avec agences

— 

Des équipes de secouristes autour de l'épave du Costa Concordia, le 19 janvier 2012.
Des équipes de secouristes autour de l'épave du Costa Concordia, le 19 janvier 2012. — Giampiero Sposito / Reuters

Les recherches ont repris ce jeudi matin dans l'épave du paquebot Costa Concordia. Une amélioration des conditions météorologiques a permis aux plongeurs de reprendre leur travail, interrompu mercredi en début de matinée, le navire ayant glissé sur le fond marin, ce qui rendait les opérations trop périlleuses. Les recherches pourraient cependant à nouveau être suspendues ce jeudi soir, des vagues d'un mètre étant attendues, selon notre envoyé spécial sur place.

Les corps de deux Français ont été identifiés par leurs familles, parmi les dernières victimes retrouvées. «Selon les éléments dont nous disposons, ce sont désormais quatre de nos compatriotes qui ont perdu la vie dans le naufrage du Costa Concordia. Nous sommes toujours sans nouvelles de deux ressortissants français», a confirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

>>Si vous avez raté le début, rattrapage par ici

Six jours après le naufrage du navire sur la côte de l'île du Giglio, le bilan fait toujours état de onze morts, dont quatre Français. Vingt-et-une personnes sont par ailleurs toujours portées disparues, parmi lesquelles la file d’un couple de Sarcelles et son petit ami, pour lesquels une page appelant à donner des renseignements a été ouverte sur Facebook. Les familles des deux jeunes gens, âgés de 23 et 25 ans, arrivés mercredi soir en Italie, se sont recueillies ce jeudi sur l'île du Giglio dans l'église deu port après avoir été accueillies par les autorités italiennes sous des tentes militaires, selon notre journaliste sur place.

«La situation reste évolutive»

«Les conditions permettent un degré de sécurité acceptable pour les opérations de secours, qui ont donc repris» vers 6h, a indiqué Luca Cari, le porte-parole des pompiers. Le sauveteur a par ailleurs démenti que les autorités chargées des secours se soient fixées un délai maximal: «Nous n'avons pas fixé de délai, la situation reste évolutive».

«Il reste un créneau de 12 à 24 heures pour achever les opérations», avait annoncé Modesto Dilda, chef d'une équipe de plongeurs, à Reuters un peu plus tôt dans la matinée. Le paquebot a heurté des rochers près de l'île du Giglio et s'est peu après échoué, la coque largement déchirée, sur la côte, vendredi dernier, deux heures après avoir pris la mer pour une croisière d'une semaine en Méditerranée avec 4.200 personnes à son bord.