Hongrie: Orban prêt à négocier avec l'Europe

CRISE Sur la nouvelle Constitution du pays...

V.V.

— 

Viktor Orban, hier à Strasbourg.
Viktor Orban, hier à Strasbourg. — V. KESSLER / REUTERS

Il a pris les devants. Invité à répondre, mercredi à Strasbourg, aux interrogations des eurodéputés, Viktor Orban, le Premier ministre hongrois avait tenu, auparavant, à écrire à José Manuel Barroso. «Il m'a indiqué son intention de modifier les législations concernées et de travailler pour trouver des solutions juridiques», a indiqué le président de la Commission européenne. Viktor Orban n'avait guère le choix. Sous le feu des critiques après l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution, le gouvernement hongrois est la cible, depuis mardi, de trois «procédures d'infraction» lancées par Bruxelles.

Surtout, Budapest est en crise. Avec une dette publique qui représente 82,6% du PIB, le pays ne peut se passer d'une aide de l'Union européenne. Ce n'était donc pas le moment idéal pour adopter des lois jugées «liberticides» par plusieurs eurodéputés. A leur tête, Daniel Cohn-Bendit (Verts), qui a même accusé hier Viktor Orban d'aller «dans la direction d'Hugo Chavez, de Fidel Castro et de tous les régimes totalitaires de ce bas monde...»