Naufrage du Concordia: Les recherches de disparus ont repris ce jeudi

NAUFRAGE Le bilan est toujours de onze morts, dont six ont été identifiés...

© 2012 AFP

— 

Les sauveteurs italiens devraient reprendre leur exploration à la recherche de disparus jeudi de l'épave du Costa Concordia qui s'est stabilisée devant l'île du Giglio après avoir légèrement bougé mercredi, tandis que les préparatifs du pompage du carburant s'intensifient.
Les sauveteurs italiens devraient reprendre leur exploration à la recherche de disparus jeudi de l'épave du Costa Concordia qui s'est stabilisée devant l'île du Giglio après avoir légèrement bougé mercredi, tandis que les préparatifs du pompage du carburant s'intensifient. — Vincenzo Pinto afp.com

Les recherches ont repris ce jeudi matin pour tenter de retrouver des survivants à bord de l'épave du Costa Concordia, le navire de croisière échoué sur les côtes de la petite île du Giglio, alors que le bilan provisoire s'établit à 11 morts.

>>Si vous avez raté le début, rattrapage par ici

«Les tests réalisés durant la nuit ont été positifs et nous avons d'ores et déjà des plongeurs en action», a déclaré à l'AFP en tout début de matinée un porte-parole des garde-côtes, Filippo Marini. «Nous allons utiliser des micro-explosifs pour ouvrir davantage de voies d'accès. Ils vont entrer à l'intérieur du navire et chercher d'autres survivants», a-t-il ajouté.

Le pompage, «opération très délicate»

Une fois à l'intérieur, leur travail est très difficile: ils doivent franchir des couloirs transformés en «puits» et différentes parties du bateau, obstruées par des portes verrouillées, des tas de meubles ou des lambeaux de moquette. Le commandant Marini a indiqué ne pas savoir s'il «sera possible de commencer à pomper le fuel et à chercher les naufragés au même moment: cela dépendra des conditions, le pompage étant une opération très délicate», a-t-il dit.

L'épave du Costa Concordia s'est stabilisée devant l'île du Giglio après avoir légèrement bougé mercredi, tandis que les préparatifs du pompage du carburant s'intensifient. Un très léger déplacement de l'énorme bateau échoué tout près de l'île avait rendu nécessaire cette pause mercredi à 08h00 dans les recherches de la vingtaine de disparus, qui, sauf miracle, ne devraient plus être retrouvés vivants.

Une passagère allemande retrouvée chez elle

Le bilan du sinistre s'établissait encore mercredi soir à onze morts dont six ont été formellement identifiés: deux touristes français, un Italien, un Espagnol, et deux membres de l'équipage, l'un péruvien et l'autre hongrois, qui était violoniste à bord. Vingt-six personnes manquent à l'appel, mais parmi elles figurent les victimes dont les corps n'ont pas été identifiés. Une Allemande qui figurait parmi les disparus a été retrouvée chez elle.

Selon le Corriere della Sera, les cinq victimes retrouvées mardi étaient en costumes de soirée et avaient endossé des gilets de sauvetage. A Orbetello, petite cité située non loin du Giglio, des familles sont regroupées pour attendre, dans l'angoisse, des nouvelles de leurs proches, assistées d'équipes de psychologues.

Désastre écologique redouté

Au-delà de la tragédie humaine, chacun redoute un désastre écologique. En raison des oscillations du navire, les travaux de pompage des 2.400 tonnes de mazout n'ont pu débuter mercredi. Max Iguera, porte-parole de la société Smit Salvage, chargée du pompage des 2.380 tonnes dans les vingt réservoirs, a déclaré pour sa part qu'il pourrait être entamé «dans quelques jours». «L'opération pourrait durer quelques semaines. C'est une opération compliquée», a-t-il averti. Il faut notamment réchauffer le mazout pour le rendre plus liquide.