Russie: Le parquet relève 3.000 cas de fraudes durant les législatives

© 2012 AFP

— 

Le parquet russe a relevé près de 3.000 cas de fraudes lors des élections législatives du 4 décembre, allant de listes électorales faussées à des financements illégaux de campagne, en passant par des conflits d'intérêts, selon un rapport publié mercredi.
Le parquet russe a relevé près de 3.000 cas de fraudes lors des élections législatives du 4 décembre, allant de listes électorales faussées à des financements illégaux de campagne, en passant par des conflits d'intérêts, selon un rapport publié mercredi. — Viktor Drachev afp.com

Le parquet russe a relevé près de 3.000 cas de fraudes lors des élections législatives du 4 décembre, allant de listes électorales faussées à des financements illégaux de campagne, en passant par des conflits d'intérêts, selon un rapport publié mercredi.

«Environ 3.000 violations de la loi électorale ont été mises en évidence. (...) Selon des arrêtés des procureurs, 95 personnes ont été condamnées à des peines administratives», indique un rapport du parquet que le procureur général de Russie, Iouri Tchaïka, a remis au président Dmitri Medvedev. Ce rapport, disponible sur le site internet du Kremlin, précise que dans les régions de Leningrad et de Pskov (nord-ouest), ainsi que dans le district autonome des Yamal-Nénets (Grand Nord), des personnes travaillant pour des candidats ou ayant des casiers judiciaires faisaient partie des commissions électorales.

Les élections législatives du 4 décembre ont été remportées par le parti du Premier ministre Vladimir Poutine, Russie unie, avec près de 50% des suffrages, mais selon des observateurs et l'opposition, le scrutin a été marqué par des fraudes massives. Depuis, des dizaines de milliers de Russes sont descendus dans la rue pour réclamer de nouvelles législatives et une «Russie sans Poutine», faisant de ce mouvement de contestation le plus important depuis l'arrivée de M. Poutine au pouvoir il y a 12 ans. Une nouvelle manifestation est prévue pour le 4 février. De leur côté, les autorités refusent d'organiser de nouvelles législatives.