L'Iran dénonce l'ingérence étrangère en Syrie

Avec Reuters

— 

Le ministère iranien des Affaires étrangères a dénoncé ce mardi une ingérence étrangère en Syrie et s'est félicité des réformes entreprises par le président Bachar al-Assad pour «résoudre le problème».

«Nous sommes fondamentalement hostiles aux ingérences dans les affaires de pays tiers. Nous pensons que cela ne résout pas les problèmes mais les complique», a déclaré Ramin Mehmanparast, porte-parole du ministère, lors de son point de presse hebdomadaire. «Les bonnes réformes annoncées par les responsables syriens favorisent le dialogue et contribuent à la résolution des problèmes, même si ce n'est pas du goût de certains pays», a-t-il ajouté. Téhéran, qui a d'abord apporté un soutien inconditionnel à Assad face au soulèvement entamé à la mi-mars, l'encourage désormais à prendre en compte les revendications de ses opposants.

Le chef de l'Etat syrien a levé l'état d'urgence, a promis la tenue d'élections cette année et annoncé dimanche une nouvelle amnistie, mais la répression, qui a fait 5.000 morts depuis mi-mars selon l'ONU, se poursuit malgré la présence depuis la fin décembre d'observateurs de la Ligue arabe. Le Qatar, qui préside le comité de la Ligue chargé de la Syrie, s'est prononcé ce week-end pour le déploiement d'une force d'interposition.