Israël-Palestine: Le «temps presse» pour l'instauration de deux Etats, selon Cameron

© 2012 AFP

— 

Le "temps presse" pour la mise en oeuvre d'une solution de paix négociée au Proche-Orient prévoyant la mise en place de deux Etats israélien et palestinien, a estimé le Premier ministre britannique David Cameron à l'issue d'une rencontre avec le président Mahmoud Abbas à Londres.
Le "temps presse" pour la mise en oeuvre d'une solution de paix négociée au Proche-Orient prévoyant la mise en place de deux Etats israélien et palestinien, a estimé le Premier ministre britannique David Cameron à l'issue d'une rencontre avec le président Mahmoud Abbas à Londres. — Lefteris Pitarakis afp.com

Le "temps presse" pour la mise en oeuvre d'une solution de paix négociée au Proche-Orient prévoyant la mise en place de deux Etats israélien et palestinien, a estimé le Premier ministre britannique David Cameron à l'issue d'une rencontre avec le président Mahmoud Abbas à Londres.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour favoriser les pourparlers" de paix, a souligné David Cameron. "Nous estimons qu'à certains égards, le temps presse pour la mise en place d'une solution passant par la création de deux Etats (...) Si nous n'allons pas de l'avant, cela deviendra de plus en plus difficile en raison de ce qui se passe sur le terrain", a-t-il ajouté, soulignant aussi "l'importance" de la question des colonies. La poursuite de la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est a provoqué le gel des négociations israélo-palestiniennes depuis septembre 2010.

Urgence d'un retour aux négociations

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, qui s'est également entretenu avec Mahmoud Abbas, a enfoncé le clou dans un communiqué soulignant "l'urgence d'un retour aux négociations". "Ce que nous avons besoin de voir maintenant, ce sont des avancées audacieuses pour parvenir à la paix, fondés sur des propositions concrètes", a-t-il ajouté. Le numéro deux du gouvernement britannique Nick Clegg a pour sa part qualifié les colonies israéliennes d"acte de vandalisme délibéré", estimant que ces implantations causaient "un immense dommage" au processus de paix.

"C'est exactement ce que nous souhaitions entendre officiellement de la part des autorités britanniques", s'est félicité M. Abbas, lors d'une conférence de presse conjointe. Le président palestinien a entamé dimanche une tournée d'une semaine au Royaume-Uni, en Allemagne et en Russie. Il doit s'entretenir avec ces trois pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU des "rencontres exploratoires" israélo-palestiniennes qui se sont tenues sous l'égide de la Jordanie et du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) afin d'examiner les possibilités de reprendre les pourparlers de paix.