Syrie: La situation est «inacceptable», selon Ban Ki-moon

© 2012 AFP

— 

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé dimanche au président Bachar al-Assad d'"arrêter de tuer" en Syrie, où la révolte populaire est entrée dans son 11e mois, soulignant que tout dirigeant qui usait de la force courait "à sa perte".
Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé dimanche au président Bachar al-Assad d'"arrêter de tuer" en Syrie, où la révolte populaire est entrée dans son 11e mois, soulignant que tout dirigeant qui usait de la force courait "à sa perte". — Joseph Eid afp.com

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a qualifié ce lundi la situation en Syrie d'"inacceptable" et exprimé l'espoir de voir le Conseil de sécurité agir de manière plus "cohérente et sérieuse" pour arrêter l'effusion de sang.

"La situation a atteint un point inacceptable. J'espère sincèrement que le Conseil de sécurité va traiter (cette crise) d'une manière sérieuse et cohérente", a dit le secrétaire général lors d'une conférence de presse à Abou Dhabi, en marge d'un sommet sur l'énergie. "Il est important que les Nations unies tiennent un discours et agissent d'une manière cohérente", a-t-il ajouté. "Je sais qu'il y a quelques divergences d'opinion entre les pays membres du Conseil de sécurité, mais le nombre de victimes a atteint un niveau inacceptable. Nous ne pouvons pas laisser la situation se poursuivre ainsi."

La Russie et la Chine ont opposé leur veto à un projet de résolution de l'ONU sur la Syrie en octobre. A la mi-décembre, Moscou a pris l'initiative de présenter un projet de résolution qui condamne à la fois la violence du gouvernement et celle de l'opposition. Mais les puissances occidentales ont jugé ce texte trop timoré, alors que la répression a fait au moins 5.000 morts depuis la mi-mars, selon les Nations unies. Les Etats-Unis ont appelé la Russie à abandonner son initiative et à soutenir une résolution plus ferme rédigée par Washington et plusieurs pays européens.