Iran: Barbie boycottée car elle pervertirait les valeurs islamiques

Reuters

— 

Les autorités iraniennes ont entrepris de faire appliquer le boycott des poupées Barbie pour protéger la population de la culture occidentale qui pervertit selon elles les valeurs islamiques, rapportent des commerçants interrogés ce lundi dans la capitale. "Il y a à peu près trois semaines, (la police de la moralité) est venue dans notre boutique pour nous demander de retirer toutes les poupées Barbie", a déclaré un marchand de jouets du nord de Téhéran.

La pièce maîtresse du catalogue Mattel est interdite depuis 1996 en Iran, ce qui n'empêchait pas les commerçants de la proposer ouvertement. Depuis trois semaines, ils sont désormais contraints de le faire plus discrètement. Des concurrents de la blonde américaine et de son alter ego masculin, dûment approuvés par les autorités, ont été mis en vente en 2002. Baptisés Sara pour elle et Dara pour lui, ils respectent scrupuleusement le code vestimentaire en vigueur qui impose aux femmes de dissimuler leurs cheveux et leurs formes.

"Ma fille préfère les Barbies. Elle trouve Sara et Dara moches et gros", explique Farnaz, une mère de famille de 38 ans. "On continue à vendre secrètement des Barbies et on met ça en vitrine pour faire croire à la police qu'on ne propose rien d'autre", avoue le directeur d'un magasin de la capitale, désignant une poupée affublée du hijab. Selon la presse locale, une réplique du drone américain abattu en décembre près de la frontière afghane trouvera bientôt sa place aux côtés de Sara et Dara.