Nouveau procès ordonné en Egypte pour le meurtre d'une chanteuse

Reuters

— 

La justice égyptienne a ordonné ce lundi la tenue d'un nouveau procès pour l'ancien parlementaire et homme d'affaires Hecham Talaat Moustafa, emprisonné pour son implication dans le meurtre de la chanteuse libanaise Suzanne Tamim en 2008.

Une cour d'appel examinera à nouveau le dossier le 6 février, a annoncé un tribunal, sans motiver sa décision. Hecham Talaat Moustafa a été condamné à mort en 2009 pour avoir commandité l'assassinat de Suzanne Tamim par l'Egyptien Mouhsen el Soukkari aux Emirats arabes unis. Sa peine avait par la suite été commuée en 15 ans de réclusion.

Mouhsen el Soukkari, reconnu coupable du meurtre lors du premier procès, sera lui aussi rejugé. Hecham Talaat Moustafa siégeait au parlement sous l'étiquette du parti d'Hosni Moubarak au moment de sa condamnation initiale. Le mobile avancé à l'époque par l'accusation était la vengeance, sans que l'on sache la nature exacte des relations entre l'homme d'affaires et la jeune chanteuse, alors âgée de 30 ans, propulsée au rang de vedette grâce à un télé-crochet en 1996. Hosni Moubarak a été renversé en février 2011 par un soulèvement populaire.