Syrie: Arrivée d'un navire transportant des munitions et affrété par la Russie

Reuters

— 

Un navire affrété par la Russie et transportant une cargaison jugée "dangereuse" - des munitions, dit-on de source chypriote - est arrivé en Syrie, apprend-on auprès d'une société maritime de Saint-Pétersbourg. Mardi soir, les autorités chypriotes avaient inspecté le Chariot à l'occasion d'une escale imprévue pour ravitaillement. Après avoir reçu l'assurance écrite que la cargaison n'était pas destinée à la Syrie, le Chariot avait été autorisé à reprendre la mer le lendemain. Selon les confidences à Reuters d'un responsable chypriote, le bateau transportait quatre conteneurs renfermant des balles.

La source de la société maritime russe Westberg Ltd. a pour sa part refusé de commenter des informations de médias russes et chypriotes selon lesquelles le bateau, qui a appareillé le 9 décembre de l'ancienne capitale impériale russe, transporte une cargaison de l'organisme russe de ventes d'armes à l'étranger Rosoboronexport. Un journal chypriote, Politis, parlait pour sa part d'une cargaison de 60 tonnes de munitions. "Le navire transporte une cargaison dangereuse", a déclaré par téléphone et sous couvert de l'anonymat cette source de la société Westberg Ltd. "Il a accosté en Syrie le 11 janvier."

La Russie, fournisseur d'armes majeur de la Syrie

Pour sa part, Rosoboronexoport a fait savoir qu'il ne pouvait ni confirmer, ni infirmer l'information. "Nous ne commentons pas la destination de nos ventes, leur date ou le moyen utilisé", a-t-il dit. En Turquie, le ministère des Affaires étrangères a confirmé ce vendredi que le Chariot était à quai à Tartous, port du littoral méditerranéen syrien où la marine soviétique, puis russe dispose de facilités navales. La Russie est, de longue date, un fournisseur d'armes majeur de la Syrie, qui est en proie depuis dix mois à une vague de contestation politique très durement réprimée par le régime du président Bachar al Assad.

Moscou s'oppose avec vigueur aux embargos sur les armes et a promis d'honorer les contrats de ventes d'armes à Damas malgré de fortes pressions internationales. Sept pour cent des exportations d'armes russes dans le monde, qui ont rapporté dix milliards de dollars en 2010, étaient destinées à la Syrie, à en croire le centre de recherches russe Cast.