Corée du Nord: Condamnés aux camps pour ne pas avoir assez pleuré Kim Jong-il

N. Bg.

— 

En Corée du Nord, ne pas pleurer assez fort peut coûter cher. Selon des médias sud-coréens cités mercredi par l’agence de presse russe Interfax et repris par le site Contrepoints, des «tribunaux populaires» ont été organisés un peu partout en Corée du Nord à partir du 29 décembre pour condamner celles et ceux qui n’avaient pas fait preuve d’assez d’émotion après la mort de Kim Jong-il.

Selon l’agence de presse, les accusés risquent jusqu’à six mois dans des camps de travaux forcés pour leur manque de tristesse. Le dictateur Kim Jong-il est décédé le 17 décembre à l’âge de 69 ans, laissant le pouvoir à son jeune fils Kim Jong-un. Les télévisions nord-coréennes avaient montré de nombreuses images de foules en pleurs, montrant avec ostentation leur tristesse.

L’agence de presse officielle avait même indiqué que les ours et les pies du pays pleuraient la mort du «Cher leader».