Michelle Obama dément être «une femme noire en colère»

Reuters

— 

Michelle Obama s'est défendue ce mercredi d'être une femme de pouvoir cherchant à influencer son président de mari et se querellant avec ses collaborateurs, comme l'affirme un nouveau livre sur le couple Obama, Les Obama, écrit par une journaliste du New York Times, Jodi Kantor.

"On a essayé, depuis le jour où Barack a annoncé son intention (de briguer la Maison blanche en 2008), de me dépeindre comme une femme noire en colère", a déclaré l'épouse du président américain sur CBS, en précisant qu'elle n'avait pas lu l'ouvrage incriminé. Elle affirme ne s'aventurer que rarement dans l'aile occidentale de la Maison blanche, qui abrite les services de la présidence, et n'avoir jamais eu de prises de bec avec l'ancien secrétaire général, Rahm Emanuel, ou l'ex-porte-parole de son mari, Robert Gibbs. "Je ne parle pas avec le personnel de mon mari", explique-t-elle. "Je n'assiste pas aux réunions".

Dans son livre, la journaliste du New York Times, qui affirme s'appuyer sur des confidences distillées par l'entourage présidentiel, évoque notamment des tensions entre la "première dame" et Robert Gibbs, qui l'aurait injuriée et aurait parlé d'elle en des termes peu amènes.