Au moins 170 personnes sont détenues hors de tout cadre légal

— 

A son arrivée à la Maison Blanche, Barack Obama avait promis de fermer en janvier 2010 la base de Guantanamo, devenue le symbole des dérives de « la guerre contre le terrorisme ». Quatre ans plus tard, la base est encore là : 171 personnes y sont toujours détenues en dehors de tout cadre légal, dont 48 qui pourraient être maintenues en détention illimitée, sans inculpation ni jugement, selon l'administration américaine. Pire, cette dernière vient de voter une loi qui permet la détention illimitée de suspects d'infractions terroristes. « L'administration Obama est sensiblement la même que l'administration Bush [sur ce dossier] », assure Nathalie Berger, coordinatrice Etats-Unis à Amnesty International France. Les discours des candidats à la primaire républicaine ne sont pas rassurants : « Certains parlent de maintenir la base, voire de l'étendre, et ne considèrent pas la simulation de noyade comme de la torture. » Dans un rapport paru hier, Amnesty tire aussi l'alarme sur la base américaine de Bagram, en Afghanistan, où 600 personnes sont incarcérées « en toute illégalité ».F. V.