Egypte: L'opposant Ayman Nour interdit de voyage

Reuters

— 

La justice égyptienne a interdit mardi à l'opposant Ayman Nour, accusé d'incitations à la violence, de quitter le pays.

Le fondateur du parti Ghad (Demain), qui s'était porté candidat contre Hosni Moubarak lors de l'élection présidentielle de 2005, fait l'objet d'une enquête sur son rôle présumé dans des manifestations violentes devant le siège du gouvernement, au Caire, le mois dernier.

Condamné après sa candidature contre Moubarak

Dix-huit activistes ont été tuées et des centaines d'autres blessés dans les affrontements contre les forces de sécurité. L'Institut d'Egypte, dépendance du parlement renfermant des ouvrages historiques, a été en partie dévastée par un incendie lors de ces violences.

Lors de son interrogatoire, Ayman Nour a démenti toute incitation à la violence. «Ils ont dit que (l'accusation) émanait d'un manifestant interpellé qui a dit avoir entendu un autre manifestant affirmant qu'Ayman Nour avait incité au recours à la violence», a confié l'opposant à Reuters.

Un tribunal égyptien a décidé mardi de le laisser en liberté, mais a assorti sa décision d'une interdiction de quitter le territoire. Après sa candidature contre Moubarak, Ayman Nour, aujourd'hui âgé de 48 ans, avait été condamné à quatre ans de prison pour faux et usage de faux et libéré en 2009. Mais en octobre, en dépit de la chute de Moubarak, une cour d'appel a rejeté sa demande d'annulation d'une décision lui interdisant de briguer toute fonction élective du fait de sa condamnation.