La Libye veut plus de temps pour statuer sur Saïf Al-Islam

Reuters

— 

La Libye a demandé à la Cour pénale internationale de lui donner jusqu'au 31 janvier pour décider si Saïf Al-Islam Kadhafi, l'un des fils du dirigeant déchu Mouammar Kadhafi, sera transféré ou non à La Haye pour y être jugé.

La CPI a annoncé ce mardi que Tripoli, qui devait faire connaître sa décision avant le 10 janvier, avait demandé une prolongation de trois semaines. La Libye a indiqué ne pas avoir pu respecter l'échéance prévue en raison de la situation sécuritaire du pays. La CPI avait émis des mandats d'arrêts contre  Saïf Al-Islam Kadhafi, son père et l'ancien responsable des services secrets Abdoullah al Senoussi. Tous trois étaient accusés d'implication dans les massacres d'opposants lors du soulèvement ayant finalement abouti au renversement, puis à la mort de Mouammar Kadhafi.

Lors de la capture de  Saïf Al-Islam en novembre, les nouvelles autorités libyennes avaient dit vouloir le juger dans le pays. La CPI demande à Tripoli des informations sur l'état de santé physique et mentale de celui qui était jadis considéré comme l'héritier politique du guide déchu. Le mois dernier, l'ONG Human Rights Watch avait demandé aux autorités libyennes de permettre à Saïf el Islam Kadhafi de rencontrer un avocat et de lui garantir un procès équitable.