Syrie: Assad voit un «complot» étranger, la Ligue arabe dénonce des attaques d'observateurs

© 2012 AFP

— 

Le président syrien Bachar al-Assad, dont le régime est contesté par la rue depuis 10 mois, a estimé mardi que son pays faisait l'objet d'un "complot étranger" et a promis d'y répondre, la Ligue arabe dénonçant de son côté des attaques contre ses observateurs dans le pays.
Le président syrien Bachar al-Assad, dont le régime est contesté par la rue depuis 10 mois, a estimé mardi que son pays faisait l'objet d'un "complot étranger" et a promis d'y répondre, la Ligue arabe dénonçant de son côté des attaques contre ses observateurs dans le pays. — afp.com

Le président syrien Bachar al-Assad, contesté par la rue depuis dix mois, a estimé ce mardi que son pays faisait l'objet d'un "complot étranger" et a promis d'y répondre. L'opposition syrienne a, elle, estimé que le discours du président Assad, le quatrième depuis le début de la révolte, était une "incitation à la violence" et "à la guerre civile" laissant présager "un comportement encore plus criminel" de la part du régime.

Dans un discours d'une heure quarante-cinq retransmis par la télévision, Bachar al-Assad a accusé des pays étrangers de "comploter" contre la Syrie, lançant: "Leur rêve tournera au cauchemar. Nous n'allons pas permettre la défaite de la Syrie qui signifiera la chute de la région entière". "Il ne faut pas tolérer ceux qui terrorisent les gens, ni ceux qui sont complices avec les (parties) étrangères", a réaffirmé Bachar al-Assad, faisant du rétablissement de la sécurité "la priorité absolue" et promettant de frapper les "terroristes" d'une main de fer.

Plus de 5.000 morts

La répression a fait, selon l'ONU, plus de 5.000 morts. Mais le président syrien a affirmé qu'"aucun ordre n'a été donné de la part d'aucune autorité pour ouvrir le feu" sur des manifestants. "Je gouverne avec la volonté du peuple et si je renonce au pouvoir ce sera aussi avec la volonté du peuple", a ajouté M. Assad qui a succédé à son père en 2000, alors que de nombreux pays appellent à son départ. Il a ajouté qu'un référendum sur une nouvelle Constitution, annoncé à l'automne par les autorités, aurait lieu "la première semaine de mars".

Bachar al-Assad a également évoqué "l'idée d'un élargissement du gouvernement qui accueillera toutes les forces politiques". Mais, a-t-il précisé, "nous ne voulons pas d'opposants qui reçoivent des (ordres) de l'étranger, qui nous font du chantage". A Istanbul, le Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité de l'opposition, a affirmé avoir vu dans ce discours "de l'incitation à la violence, à la guerre civile, des propos sur la division confessionnelle que le régime a lui-même fomentée et encouragée", selon Bassma Qodmani, membre du CNS.

"Un tel discours est (...) une indication que nous allons vers un comportement encore plus criminel et plus irresponsable du régime", a-t-elle affirmé. Sur le terrain, deux observateurs koweïtiens de la Ligue arabe ont été légèrement blessés lundi près de Lattaquié, sur la côte, selon le Koweït. "La Ligue arabe dénonce les actions irresponsables et les actes de violence contre ses observateurs", a réagi le chef de l'organisatio panarabe Nabil al-Arabi, ajoutant qu'il tenait "le gouvernement syrien pour pleinement responsable de la protection" de la mission.

Des attaques «menées par des éléments pro-régime»

"Plusieurs membres de la mission d'observation ont été blessés et une partie de leur équipement gravement endommagé", selon le communiqué qui fait état d'attaques "menées par des éléments pro-régime" à Lattaquié, sur la côte méditerranéenne, ainsi qu'à Deir Ezzor. D'autres attaques ont eu lieu dans "d'autres endroits", de la part "d'éléments considérés comme étant membres de l'opposition".

Ces violences interviennent en pleine controverse sur la mission des observateurs, en Syrie depuis le 26 décembre pour rendre compte de la situation, mais vivement critiqués par l'opposition pour leur inefficacité à faire cesser les violences. Recevant mardi le chef de ces observateurs, le général soudanais Mohammed Ahmed Moustapha al-Dabi, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé que son pays continuerait à assurer leur protection et empêcherait toute action entravant leur tâche.

En dépit des critiques grandissantes, le ministère russe des Affaires étrangères a salué le travail des observateurs, assurant que "leur déploiement (...) a déjà eu un effet stabilisateur sur la situation et aide à obtenir une image réaliste et objective de ce qui se passe en Syrie". Le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis a, lui, reproché au régime de ne pas faciliter la mission arabe. "Le travail des observateurs devient de plus en plus difficile (...) et nous ne voyons aucun engagement du côté syrien pour leur permettre" d'accomplir leur mission, a déclaré cheikh Abdallah ben Zayed Al-Nahyane.

Mardi, dix civils ont été tués et quarante autres blessés par les forces de sécurité qui ont tiré sur une manifestation à Deir Ezzor, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Par ailleurs, deux civils ont été tués par les tirs des forces de sécurité à Homs (centre), bastion de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, selon l'OSDH.