Téhéran à cran sur son pétrole

— 

Les pays de l'Union européenne sont parvenus cette semaine à un accord de principe pour mettre en place un embargo sur le pétrole iranien qui pourrait être mis au point d'ici à la fin janvier. Téhéran, qui fournit environ 450 000 barils par jour aux Etats membres de l'UE, a menacé de fermer le détroit d'Ormuz à la navigation si les puissances occidentales décrétaient un tel embargo. Cette perspective effraie les Etats-Unis.
Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a réaffirmé dimanche que son pays ne tolérerait pas que l'Iran mette à exécution ses menaces de fermeture du détroit, la principale voie maritime du commerce pétrolier dans le monde. Deux jours avant, l'Iran avait annoncé la tenue de nouvelles manœuvres navales dans les parages immédiats du détroit. Les tensions ne devraient pas retomber de si tôt : la justice iranienne a confirmé hier la condamnation à mort d'un Américain d'origine iranienne, reconnu coupable d'espionnage pour le compte de la CIA.