Corée du Sud: Un Chinois attaque l'ambassade du Japon à Séoul

Reuters

— 

Un Chinois, qui se présente comme le petit-fils d'une "femme de réconfort" contrainte commes des milliers d'autres de se prostituer pour l'armée japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale, a été arrêté dimanche par la police après avoir attaqué l'ambassade du Japon à Séoul, rapporte la police.

L'homme de 37 ans, originaire de la ville de Guangzhou dans le sud de la Chine, a lancé quatre cocktails Molotov sur l'enceinte de l'ambassade située dans le centre de la capitale sud-coréenne dimanche matin, atteignant un mur extérieur mais sans faire de victime, a indiqué un policier.

Le ressortissant chinois, qui était entré dans le pays avec un visa touriste fin décembre, est actuellement interrogé par la police qui tente de déterminer les raisons de son geste, a précisé ce policier.

Sa grand-mère avait été une «femme de réconfort»

Selon l'agence de presse Yonhap, l'homme a expliqué aux enquêteurs que sa grand-mère avait été une "femme de réconfort" contrainte de se prostituer pour les soldats japonais et qu'il avait organisé cette attaque pour protester contre les atrocités commises par le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les historiens estiment que plusieurs centaines de milliers de femmes de la région, majoritairement Coréennes et Chinoises, ont été contraintes de travailler dans des maisons closes de l'armée japonaise.

Tokyo, ancienne puissance coloniale en Corée entre 1910 et 1945, a présenté ses excuses mais refuse jusqu'à présent d'indemniser les victimes.