Pakistan: Le président Asif Ali Zardari exclut de quitter le pouvoir

Reuters

— 

Le président pakistanais Asif Ali Zardari a exclu samedi de quitter le pouvoir et balayé les rumeurs selon lesquelles l'armée réclamerait son départ.

"Nul ne me l'a demandé, et si c'était le cas, je vous le dirais", a-t-il dit dans une interview télévisée.

Au journaliste lui demandant si une "fuite" était une possibilité, il a répondu: "Pourquoi cela devrait-il être le cas?"

Le veuf de Benazir Bhutto, dont l'administration est déjà accusée de corruption et d'incompétence, est confronté depuis l'automne dernier à la crise politique la plus grave qu'il ait eu à gérer depuis sa prise de fonctions, en 2008. L'objet: un mémorandum que l'ancien ambassadeur du Pakistan à Washington a fait transmettre au Pentagone après la mort d'Oussama ben Laden pour demander l'assistance des Etats-Unis face à un risque potentiel de coup d'Etat militaire.

Ses trois semaines d'hospitalisation à Dubaï le mois dernier ont ouvert le champ aux rumeurs. Des sources militaires ont assuré, sous couvert d'anonymat, que l'armée pakistanaise voulait le voir quitter légalement ses fonctions, sans recourir à un coup d'Etat.