Un accord Fatah-Hamas sur le règlement de la question des détenus

© 2012 AFP

— 

Les deux principaux mouvements palestiniens, le Fatah et le Hamas, sont parvenus à un accord sur la libération de leurs détenus, a annoncé le coordinateur du comité sur les libertés émanant de l'accord de réconciliation, à l'issue d'une réunion samedi.
Les deux principaux mouvements palestiniens, le Fatah et le Hamas, sont parvenus à un accord sur la libération de leurs détenus, a annoncé le coordinateur du comité sur les libertés émanant de l'accord de réconciliation, à l'issue d'une réunion samedi. — Thomas Coex afp.com

Les deux principaux mouvements palestiniens, le Fatah et le Hamas, sont parvenus à un accord sur la libération de leurs détenus, a annoncé le coordinateur du comité sur les libertés émanant de l'accord de réconciliation, à l'issue d'une réunion ce samedi.

«Nous nous sommes mis d'accord sur l'application d'ici le 15 janvier de ce qui a été convenu, notamment la libération des détenus politiques et la redistribution des journaux», a déclaré à l'AFP Khaled al-Batch.

Liberté de mouvement entre la Cisjordanie et Gaza

«Le Hamas et le Fatah vont présenter une liste avec les noms de détenus libérables, d'ici le 15 janvier», a expliqué Khaled al-Batch, également un des dirigeants du Jihad islamique. Il a indiqué que l'accord «autorise également la redistribution à partir du 15 janvier dans la bande de Gaza des journaux publiés en Cisjordanie et vice-versa». La distribution des journaux de Gaza en Cisjordanie et ceux de Cisjordanie dans la bande de Gaza est interrompue depuis plusieurs années en raison des divisions entre le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, et le Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

L'accord porte également sur «le règlement de la question des passeports» et autorise la délivrance par le ministère de l'Intérieur à Ramallah (siège de l'Autorité palestinienne) de passeports à des membres ou partisans du Hamas qui en avaient été privés en raison du conflit Hamas-Fatah.

Il autorise également la liberté de mouvement pour tous entre la Cisjordanie et la bande de Gaza, selon Khaled al-Batch pour qui la visite manquée dans la bande de Gaza de responsables du Fatah vendredi est due à un «manque de coordination et d'information».