Un discours formaté qui ne convainc pas

©2006 20 minutes

— 

Nucléaire civil, coopération et transparence. Le discours de Téhéran pour défendre son programme nucléaire est bien rodé. A tel point que lorsqu'Ali Moujani, le numéro un par intérim de l'ambassade iranienne à Paris s'exprime, son traducteur devance ses propos. Mais pour Thérèse Delpech, auteur de L'Iran, la bombe et la démission des nations (éditions Autrement), l'inquiétude de la communauté internationale est justifiée par « dix-huit ans de dissimulation. L'Iran a détruit des bâtiments que l'AIEA voulait inspecter. Il a aussi caché l'acquisition de centrifugeuses auprès d'Abdul Qadir Khan », le père de la bombe atomique pakistanaise et responsable d'un marché noir mondial de technologies nucléaires. « Des acquisitions, souligne Thérèse Delpech, qui n'ont aucune autre justification que militaire. »

M. S.