Le soja de McDo, un goût d'exploitation

©2006 20 minutes

— 

Rio de Janeiro (Brésil)

De notre correspondante

En avalant ses Chicken McNuggets, le consommateur européen pourrait contribuer à la déforestation du poumon de la planète, porter atteinte à sa biodiversité, voire soutenir le travail esclavagiste. C'est Greenpeace qui donne l'alerte dans son rapport « Eating up the Amazon » (Dévorer l'Amazonie). McDonald's a choisi pour fournisseur de soja le géant de l'agroalimentaire américain Cargill et achète 50 % de ses poulets (à destination de l'Europe) à une de ses filiales. Après deux ans d'investigation, de contrôles aériens et satellites, d'entretiens avec les politiques, industriels et leaders communautaires concernés, l'ONG n'épargne pas le magnat du soja.

Cargill compte parmi ses partenaires au Brésil nombre de fermes qui pratiquent l'esclavage et brûlent la forêt illégalement sur des terres indigènes ou publiques. Les insecticides utilisés pour entretenir les monocultures polluent durablement les sols et les rivières. Pour acheminer sa production vers son terminal de Liverpool, Cargill a construit un immense port au coeur de l'Amazonie. Sans attendre que l'Etat valide les études d'impact environnemental obligatoires. Les poursuites engagées par la justice brésilienne n'entravent pas les affaires : en 2005, les bateaux ont livré 220 000 tonnes de soja en Europe. Keith Kenny, directeur Qualité et Sécurité McDonald's Europe, ne nie pas la responsabilité de l'enseigne : « Nous allons analyser ce rapport et lancer une enquête », a-t-il déclaré.

Charlotte Valade