Soudan du Sud: Entre 20.000 et 50.000 personnes ont fui les violences

Reuters

— 

Des dizaines de milliers de personnes - entre 20.000 et 50.000, selon une estimation de l'ONU - ont fui les violences tribales au Soudan du Sud, dans une région frontalière, ont fait savoir ce lundi les Nations unies.

Le Soudan du Sud a accédé officiellement à l'indépendance en juillet dernier, conformément à ce que prévoyait un accord de paix conclu en 2005 avec Khartoum pour en finir avec des décennies de guerre civile. Le nouveau pays a du mal depuis lors à se doter d'institutions solides et à faire cesser les violences tribales et les attaques de mouvements rebelles, qui ont fait des milliers de morts.

Lundi, 6.000 membres armés de la tribu Lou Nuer ont attaqué la ville de Pibor, dans l'Etat de Jonglei, limitrophe du Soudan, après plusieurs journées d'affrontements avec la tribu rivale Murle, a-t-on déclaré de source proche des Nations unies.

Selon Lise Grande, coordinatrice de l'ONU pour le Soudan du Sud, des dizaines de milliers de civils ont fui Pibor et d'autres villes de la région afin d'échapper aux violences. «Nous craignons pour leur condition. Ils sont privés d'eau, d'abris et de vivres. Ils se cachent dans la brousse. Je pense qu'ils sont entre 20.000 et 50.000. Cela reste une estimation», a-t-elle indiqué à Reuters.