Jamaïque: Des élections législatives très disputées

Reuters

— 

Les Jamaïcains étaient appelés aux urnes ce jeudi pour des élections législatives très disputées qui sont l'occasion pour le Premier ministre sortant, Andrew Holness, au pouvoir depuis seulement deux mois, de demander un mandat populaire pour tenter de sortir l'île caraïbe de ses graves difficultés économiques.

Les sondages donnent les deux principales formations, le Parti travailliste jamaïcain (JLP, au pouvoir) et le Parti national populaire (PNP), au coude à coude dans un scrutin dominé par une économie stagnante et criblée de dettes.

Le pouvoir a mobilisé l'armée et la police aux abords des bureaux de vote pour assurer l'ordre public. Malgré des violences par le passé, la campagne électorale a été l'une des plus calmes de ces dernières années.

Holness, un ancien ministre de l'Enseignement âgé de 39 ans, espère que sa formation de centre droit sera reconduite pour un second mandat consécutif.

Il est devenu Premier ministre en octobre après la démission surprise de son prédécesseur, Bruce Golding, impliqué dans un scandale sur sa gestion de l'extradition aux Etats-Unis d'un chef de banque jamaïcain très célèbre.

Le PNP est dirigé par Portia Simpson Millerr, première femme de l'île à accéder à avoir dirigé un gouvernement en 2006.

Le vainqueur du scrutin de jeudi devra relever l'immense défi consistant à relancer l'une des économies les plus endettées de la planète - sa dette publique équivaut à plus de 120% de son PNB. Le taux de chômage, dans ce pays très dépendant du tourisme, a bondi de 9,8% en 2007 à 12,9% cette année.

Les bureaux de vote fermeront à 23h (heure française) et la commission électorale devrait annoncer, sur la base de résultats officiels préliminaires, le nom du parti vainqueur peu avant minuit.