La Libye va revoir les accords signés avec Eni

Avec Reuters

— 

Le nouveau gouvernement libyen a annoncé jeudi qu'il allait revoir les contrats signés entre le géant pétrolier italien, Eni, et l'ancien régime de Mouammar Kadhafi. Cette révision n'affectera pas les opérations pétrolières, a indiqué de son côté une porte-parole d'Eni, le plus grand exploitant pétrolier étranger en Libye. Seuls les accords sur des programmes sociaux couvrant les domaines de la santé, de l'éducation et de l'environnement, seront suspendus, a-t-elle précisé.

«Les compagnies étrangères travaillant en Libye devront prouver aux Libyens qu'elles étaient des partenaires de la Libye et non de Kadhafi et de son régime», a indiqué le Premier ministre par intérim, Abdel Rahim al Kib, dans un communiqué. «Eni doit prouver son (partenariat avec le peuple libyen) en jouant un rôle important dans la reconstruction des villes qui ont été détruites par les forces de Kadhafi.»

Dans ce même communiqué, Kib a fait part de ses regrets face aux positions adoptées lors de la guerre civile par la majorité des compagnies pétrolières opérant en Libye. Le directeur général d'Eni, Paolo Scaroni, a «exprimé le souhait de sa compagnie de reprendre ses activités en Libye et de reprendre des projets inclus dans deux accords signés en 2006 et 2010.» Selon Paolo Scaroni, dont les propos sont rapportés dans le communiqué, l'activité du groupe devrait revenir à la normale d'ici à juin prochain.