Vingt-cinq pays membres et d'autres à venir

©2006 20 minutes

— 

Tout a commencé le 9 mai 1950. Ce jour-là, Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, sur proposition de Jean Monnet (autre père fondateur de l'Europe, alors commissaire au Plan), fait une déclaration qui devait changer le visage de l'Europe. Il propose de mettre en commun les productions française et allemande de charbon et d'acier, afin que ces deux matières premières qui ont attisé bien des conflits deviennent des facteurs de paix.

Depuis, de nombreux pays ont rejoint l'aventure, avec le succès qu'on connaît. Aujourd'hui, l'Union compte vingt-cinq membres, les dix derniers ayant adhéré en mai 2004. Et ce n'est pas fini. Si elles remplissent les critères exigés, la Bulgarie et la Roumanie nous rejoindront dès le 1er janvier 2007. Le commissaire à l'Elargissement, le Finlandais Olli Rehn, doit justement rendre ces jours-ci son rapport sur Bucarest et Sofia. C'est sur la base de ce document que les chefs d'Etat et de gouvernement des Vingt-Cinq ouvriront la porte de l'Union en janvier ou décideront d'attendre 2008. Il y a un an, Olli Rehn avait estimé que les deux pays avaient encore des efforts à faire, notamment en ce qui concerne le respect de l'Etat de droit, la lutte contre la corruption et l'amélioration du sort des minorités.

La Croatie qui a mis les bouchées doubles depuis l'ouverture des négociations ne devrait pas tarder, elle aussi, à adhérer. Le reste des Balkans – Albanie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine, Serbie-Monténégro, situées au coeur de l'Europe du Sud-Est – devrait aussi, si ces pays évoluent dans la voie de la démocratie et de l'économie de marché, rejoindre l'Union.

C. L.