Présidence : le nouveau casse-tête italien

©2006 20 minutes

— 

Le Parlement italien votait hier pour désigner le sucesseur de Carlos Ciampi, l'actuel Président de la République . Cette étape conditionne l'investiture du chef du gouvernement Romano Prodi, dont la coalition de centre-gauche a remporté une courte victoire aux législatives des 9 et 10 avril. L'élection s'annonce longue et difficile, faute d'un candidat de consensus entre droite et gauche.

Le sénateur à vie et ancien dirigeant communiste Giorgio Napolitano, 80 ans, a été choisi dimanche soir par l'Union de la gauche après le veto opposé par la droite à son premier candidat, Massimo D'Alema, président du parti des Démocrates de gauche, un mouvement issu du Parti communiste italien. Mais la droite a rejeté hier cette nouvelle candidature et a décidé de voter en bloc pour Gianni Letta, l'éminence grise de Silvio Berlusconi. A l'issue du premier tour, hier, aucun candidat n'a été élu. Le résultat définitif ne devrait pas être connu avant le quatrième tour, mercredi, le seul disputé à la majorité simple.

F. V. avec AFP