Elections en Russie: «Je n'ai pas besoin de tricher» assure Poutine

MOSCOU Vladimir Poutine a jugé mardi que l'opposition était un mouvement sans leader et sans "objectifs clairs" cherchant à délégitimer le processus électoral en vue de la présidentielle de mars 2012 à laquelle il est candidat.

© 2011 AFP

— 

L'homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a jugé mardi que l'opposition était un mouvement sans leader et sans "objectifs clairs" cherchant à délégitimer le processus électoral en vue de la présidentielle de mars 2012 à laquelle il est candidat.
L'homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a jugé mardi que l'opposition était un mouvement sans leader et sans "objectifs clairs" cherchant à délégitimer le processus électoral en vue de la présidentielle de mars 2012 à laquelle il est candidat. — Yana Lapikova afp.com

L'homme fort de la Russie, Vladimir Poutine, a jugé mardi que l'opposition était un mouvement sans leader et sans "objectifs clairs" cherchant à délégitimer le processus électoral en vue de la présidentielle de mars 2012 à laquelle il est candidat.

"Quel est le problème ici? (Les opposants) n'ont pas de programme unifié, pas de moyens clairs et compréhensibles d'atteindre des objectifs qui ne sont pas clairs non plus, et n'ont pas de gens capables de faire des choses concrètes", a-t-il dit, selon des propos retransmis à la télévision.

«Pas besoin de tricher» pour remporter la présidentielle

"Dans une telle situation, le discours (de l'opposition) qui ressort vise à délégitimer et dévaluer tout ce qui se passe dans la sphère publique, y compris et avant tout le processus électoral, les élections", a ajouté M. Poutine, lors d'une réunion avec ses partisans du Front populaire.

Vladimir Poutine a par ailleurs rejeté les appels de l'opposition à revoir les résultats des législatives et a assuré qu'il n'avait pas besoin de "tricher" pour remporter la présidentielle de mars, selon les agences russes.

"Il ne peut être question de discussions sur une révision" des résultats des législatives, a-t-il dit avant d'ajouter au sujet de la présidentielle de mars, "qu'en tant que candidat, je n'ai besoin d'aucune tricherie".

Entre 70.000 et 100.000 manifestants

Ces propos sont sa première réaction à la manifestation de samedi qui a rassemblé entre 70.000 et 100.000 personnes à Moscou, selon les estimations des médias, pour réclamer des élections libres en Russie et l'annulation des résultats des législatives du 4 décembre, remportées par le parti au pouvoir.

Ce scrutin, émaillé de fraudes selon l'opposition et les observateurs indépendants, a déclenché un mouvement de protestation sans précédent depuis l'arrivée au sommet du pouvoir de Vladimir Poutine en 2000.

"Bien sûr, il y a et aura toujours dans notre pays, comme dans tous les autres, des forces pour qui l'important ne sont pas les perspectives de développement" de la Russie, a-t-il encore souligné.

Assurant que ses détracteurs devaient être "traités avec respect", il a appelé à "tout faire pour que l'élection (présidentielle) soit transparente, claire et objective".

Vladimir Poutine est candidat à la présidentielle de mars, après quatre ans comme Premier ministre faute d'avoir pu se présenter en 2008 après deux mandats au Kremlin (2000-2008).