20 Minutes : Actualités et infos en direct
Biélorussie: Les trois activistes de la Femen disparues lundi ont été retrouvées

Biélorussie: Les trois activistes de la Femen disparues lundi ont été retrouvées

B.D. avec AFP

B.D. avec AFP

Elles ont été retrouvées. Les trois activistes ukrainiennes de l'organisation féministe Femen, qui devaient manifester seins nus lundi à Minsk (Biélorussie) et qui n'avaient plus donné de nouvelles depuis lors, ont réapparu. Elles ont été arrêtées et torturées par des agents du KGB, puis ont été abandonnées en pleine nuit dans une forêt, sans vêtements ni papiers d'identité, rapporte la BBC.

L'une des victimes raconte sur le site de l'organisation féministe qu'elles ont été enlevées par des policiers et des agents du KGB alors qu'elles s'apprêtaient à prendre le train pour rentrer en Ukraine, lundi soir, à Minsk. Les agents leur ont bandé les yeux et les ont jetées dans un bus qui a roulé toute la nuit jusque dans une forêt dans la région de Gomel, à 320 km au sud-est Minsk. Elles ont été forcées à se déshabiller complètement, et les hommes leur ont ensuite versé de l'essence sur le corps. Ils ont menacé de les brûler vives et de leur arracher les cheveux avec un couteau. Toute la scène aurait été filmée par les hommes du KGB.

«Vivantes mais pas en bonne santé»

Elles ont ensuite été abandonnées dans la forêt, et ont marché jusqu'à un village où elles ont pu alerter les secours. Les trois militantes sont «vivantes mais pas en bonne santé», a déclaré à l'AFP la dirigeante de Femen, Anna Goutsol. «Elles ont été privées de tous leurs papiers d'identité. L'ambassadeur et le consul d'Ukraine (en Biélorussie) vont aller à leur rencontre», a-t-elle ajouté. De son côté, le porte-parole du KGB bélarusse, Alexandre Antonovitch, s'est refusé à tout commentaire.

La Femen n'avait plus de nouvelles des trois jeunes femmes depuis lundi, date à laquelle elles s'étaient partiellement déshabillées devant le bâtiment du KGB, à Minsk, pour marquer le premier anniversaire de la réélection controversée d'Alexandre Loukachenko à la tête de la Biéolorussie.