Olmert, successeur officiel de Sharon

— 

Le parti Kadima du Premier ministre israélien par intérim Ehud Olmert était en perte de vitesse vendredi à un peu plus de trois semaines des législatives, alors que la campagne audiovisuelle devait démarrer mardi.
Le parti Kadima du Premier ministre israélien par intérim Ehud Olmert était en perte de vitesse vendredi à un peu plus de trois semaines des législatives, alors que la campagne audiovisuelle devait démarrer mardi. — Gali Tibbon AFP/Archives

Avec la victoire de Kadima, lors des élections législatives israéliennes fin mars, Ehud Olmert est aujourd’hui le seul maître à bord et doit composer avec le Hamas.

Négocier ou pas avec les Palestiniens ? Avec la victoire de son parti Kadima (centriste), lors des élections législatives israéliennes le 28 mars dernier, Ehud Olmert est aujourd’hui le seul maître à bord. Il occupe en effet pour la première fois le fauteuil de Premier ministre au Parlement, et tourne définitivement la page de l'ère Ariel Sharon, dont il a pris la relève après l'attaque cérébrale qui a terrassé ce dernier en janvier et l'a plongé dans un coma duquel il n'est toujours pas sorti.
Première étape pour le tout nouveau Premier ministre : l’investiture de son cabinet devant la Knesset. Le parlement israélien se penche aujourd’hui sur le gouvernement récemment formé, appelé à procéder à des retraits partiels en Cisjordanie occupée. Une fois son gouvernement adopté, Ehud Olmert devra s’attaquer à l’épineuse question des négociations avec le Hamas.

Au lendemain de la victoire de Kadima, Olmert s’était dit prêt à négocier avec les Palestiniens, envisageant notamment des concessions territoriales. Depuis, le Premier ministre a récemment mis les points sur les i, affirmant aujourd’hui (4 mai 2006) que le gouvernement palestinien issu du mouvement radical Hamas « ne sera jamais un partenaire » pour des négociations de paix. Il a également appelé le président palestinien Mahmoud Abbas à des négociations, sous peine de décisions unilatérales de la part d’Israël. « Si l'Autorité palestinienne ne coopère pas, nous agirons par nous-mêmes pour fixer des frontières en mesure de nous défendre », a déclaré Olmert à la tribune du parlement.
Signe d’ouverture du côté israélien, le premier ministre a reconnu que la poursuite de la colonisation en Cisjordanie mettait Israël en danger.

De son côté, le leader palestinien Mahmoud Abbas s’est dit prêt à des « négociations immédiates » avec le nouveau gouvernement israélien, tout en l'appelant à s'abstenir de toute mesure unilatérale en Cisjordanie.

Enfin, répondant à la menace iranienne proférée par le président Mahmoud Ahmadinejad de « rayer Israël » de la carte, Ehud Olmert a affirmé aujourd’hui que l’Etat hébreu était « capable de se défendre » face à un Iran doté de l'arme nucléaire, qu'il a qualifié de plus grave menace à la paix mondiale. « Seul un front international déterminé et intransigeant face aux ambitions iraniennes est susceptible de contrer ce danger », a-t-il estimé.

Résultats des élections législatives israéliennes: Kadima remporte 21,8% des suffrages, le Parti travailliste 15,1%et le Likoud : 8,9%. Concernant la répartition des sièges de la Knesset, Kadima obtient 28 sièges sur 120, les travaillistes 20, le parti orthodoxe sépharade Shass 13 et le parti russophone d’extrême droite Israël Beiteinou 12 et le Likoud 11. Les retraités ont créé la surprise, obtenant 7 mandants, alors que les trois listes arabes ont remporté 10 sièges.