WikiLeaks: Au procès de la «taupe» présumée, le juge refuse de se récuser

JUSTICE L'audience préliminaire a démarré, vendredi, afin de déterminer si une cour martiale doit se saisir du dossier Bradley Manning...

P.B. avec AFP

— 

Des supporters du soldat Bradley Manning, accusé d'être la taupe qui a fourni à WikiLeaks des documents secrets, lors d'une audience devant un tribunal militaire, le 16 décembre 2011.
Des supporters du soldat Bradley Manning, accusé d'être la taupe qui a fourni à WikiLeaks des documents secrets, lors d'une audience devant un tribunal militaire, le 16 décembre 2011. — S.WALSH/AP/SIPA

Dernière info (20h45): Le juge refuse de se récuser, estimant «qu'une personne raisonnable et familière du dossier» ne pouvait pas l'accuser de partialité. Une commission judiciaire rendra sa décision finale.

S'il y a un ennemi que les militaires détestent par-dessus tout, c'est celui qui vient de l'intérieur. Vendredi, Bradley Manning, accusé d'être la «taupe» qui a envoyé dépêches diplomatiques, rapports militaires et vidéos confidentiels à WikiLeaks, comparait devant un tribunal militaire sur la base de Fort Meade, près de Washington. L'enjeu n'est pas de déterminer s'il est coupable ou innocent, mais si une cour martiale doit se saisir du dossier.

Dès l'ouverture de l'audience, son avocat a demandé que le procureur se dessaisisse du dossier. «La défense a déposé une requête pour que vous vous récusiez», a dit l'avocat David Coombs au procureur, le lieutenant-colonel Paul Almanza, chargé de l'enquête, estimant que l'accusation risquait d'être partiale, car l'officier chargé de l'enquête est procureur militaire de carrière. Traduction: il est rattaché au département de la Justice, qui a ouvert des procédures criminelles contre Manning, WikiLeaks et Julian Assange. Selon l'avocat, il y a donc «un risque que le département de la Justice cherche à négocier un deal» avec Manning afin «de l'utiliser comme témoin» contre WikiLeaks.

 

Deux témoins d'un côté, 20 de l'autre

L'avocat estime également que la liste des témoins est déséquilibrée. L'accusation a soumis une liste de 20 témoins, et «ils ont tous reçu l'autorisation de déposer», a déclaré Coombs. En revanche, la défense a, selon lui, demandé à 48 personnes de témoigner, dont 10 étaient aussi dans la liste de l'accusation, «mais seuls deux témoins sur 38 ont été acceptés». «Un observateur extérieur, une personne raisonnable, estimerait sans aucun doute qu'il y a là partialité», a-t-il estimé, son client, le soldat Manning, à ses côtés.

 

Ce dernier, âgé de 24 ans, était vêtu d'un uniforme vert et est apparu calme lorsqu'on lui a lu les accusations qui le visent, entre autres d'avoir transmis des câbles diplomatiques qui ont secoué les relations internationales. Il aurait téléchargé des milliers de fichiers sur le réseau militaire SIPRnet, puis les aurait gravés sur des CD réenregistrables sur lesquels il avait stocké des chansons de Lady Gaga, avant de les envoyer à WikiLeaks. Il se serait ensuite vanté auprès d'un ancien hacker, qui a alors prévenu les autorités.