Chine: La ville de Pékin va contrôler plus étroitement la blogosphère

Reuters

— 

La municipalité de Pékin a annoncé ce vendredi un durcissement du contrôle des sites de microblogging, dont la capacité à diffuser rapidement des nouvelles inquiète les autorités chinoises.

Les utilisateurs de ces sites ont désormais trois mois pour s'y inscrire sous leur vrai nom, faute de quoi ils s'exposeront à des poursuites judiciaires. La Chine a maintes fois critiqué les sites sociaux sur internet tels que Weibo - l'équivalent chinois de Twitter - en les accusant de répandre fausses rumeurs et contenus vulgaires.

«Protéger les intérêts des internautes»

Les services de censure peinent à surveiller les dizaines de millions de messages envoyés chaque jour via les 300 millions de comptes créés dans le pays. Les utilisateurs sont en outre passés maîtres dans l'art de recourir à des formulations indirectes pour évoquer les sujets sensibles tels que les droits de l'homme ou le Parti communiste.

Mais selon les médias officiels, ils ont désormais trois mois pour s'enregistrer auprès des départements responsables des contenus Internet.  L'agence de presse Chine nouvelle, qui cite un porte-parole du gouvernement, précise cependant que les internautes pourront choisir eux-mêmes leur nom d'utilisateur. «Ces nouvelles règles visent à protéger les intérêts des internautes et à améliorer la crédibilité du web. Cela affectera non seulement le développement des microblogs mais aidera aussi ces sites à améliorer leur image de marque et leur service», déclare ce porte-parole, dont l'identité n'a pas été précisée.

La presse de Hong Kong indique de son côté que les services municipaux de Shanghai et Canton suivront probablement la décision de Pékin.