Une base de l'armée israélienne attaquée par des colons juifs

Reuters

— 

Le gouvernement israélien a vivement condamné ce mardi l'attaque par des colons juifs d'une base de Tsahal en Cisjordanie, à la suite de rumeurs sur l'évacuation imminente de colonies "sauvages" dans ce territoire palestinien occupé.

"Les forces de sécurité devraient pouvoir se concentrer sur la défense des citoyens et ne pas avoir à gérer ce genre de délits", a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a présidé une réunion d'urgence de ses ministres et de responsables de la sécurité.

"C'est un danger pour notre démocratie, un danger pour le pays. Nous allons combattre ce phénomène et l'éradiquer", a-t-il ajouté.

"Groupe de criminels extrémistes"

Selon l'armée israélienne, plusieurs dizaines de militants d'extrême droite ont jeté des pierres sur les véhicules palestiniens et l'armée israélienne, dans la nuit de lundi à mardi. Après avoir pénétré dans la base militaire, ils ont proféré des insultes, lancé des pots de peinture et crevé les pneus de plusieurs véhicules.

"Ce sont des criminels, des terroristes juifs qui mettent en danger la sécurité d'Israël", a dit pour sa part le ministre israélien de la Défense civile, Matan Vilnaï, à la radio militaire.

Dans un communiqué, le ministre de la Défense, Ehud Barak, estime que "ces actions violentes menées par un groupe de criminels extrémistes présent les caractéristiques du terrorisme et inacceptables". Des condamnations de cette attaque sont également venues des rangs des colons.

"Des gens qui se font justice eux-mêmes"

Pour le rabbin Haïm Drukman, qui vit dans une implantation juive en Cisjordanie, "il est difficile de croire que des juifs agissent de cette façon et se conduisent comme des terroristes". "Est-ce que l'armée est devenue notre ennemie ? Comment peut-on en arriver à des choses pareilles ?", s'est-il interrogé.

Les rumeurs à l'origine de cette opération ont provoqué d'autres mouvements de colère. Les forces de sécurité israéliennes ont ainsi évacué un groupe de colons extrémistes qui avaient pénétré dans la nuit dans une zone militaire proche de la frontière avec la Jordanie.

Situation tendue ces derniers temps entre Tsahal et les colons

Les colons entendaient protester contre les manifestations de Jordaniens contre la décision israélienne de fermer une passerelle d'accès à l'esplanade des Mosquées à Jérusalem.

"Je ne crois pas aux coïncidences. Je pense que la mobilisation de 100 personnes demande de l'organisation. Nous n'allons pas autoriser de tels troubles avec des gens qui se font justice eux-mêmes", a indiqué Yoav Mordechai, porte-parole de l'armée, sur la radio militaire.

La situation s'est tendue ces derniers temps entre Tsahal et les colons, qui considèrent que la Cisjordanie appartient à Eretz Israâl, concept biblique de la Terre d'Israâl.

En septembre, une autre base de l'armée avait été prise pour cible: l'opération était alors inédite dans l'histoire des relations entre l'armée et le mouvement de défense des implantations juives. Quelque 300.000 colons juifs vivent en Cisjordanie.