Fusillade de Liège: Au moins six morts, dont le tireur, et 123 blessés

VIDÉO 'auteur de l'attaque, âgé de 33 ans, se serait suicidé d'une balle dans la tête...

E.O. et A.-L.B avec agences

— 

Les secours évacuent des blessés à Liège, en Belgique, après l'attaque à la grenade survenue le mardi 13 décembre 2011.
Les secours évacuent des blessés à Liège, en Belgique, après l'attaque à la grenade survenue le mardi 13 décembre 2011. — REUTERS/STRINGER Belgium

Six personnes, dont le tireur, ont été tuées et 123 blessées ce mardi dans le centre-ville de Liège, en Belgique, lorsqu'un homme de 33 ans a lancé des engins explosifs et tiré dans la foule sur la principale place de la ville, selon une source judiciaire citée par Le Soir. L'auteur de l'attaque est l'une des six victimes.

Selon la procureur du roi de Liège, Danièle Reynders, citée par l'agence Belga, la situation est redevenue calme dans l'après-midi dans cette ville située à 90km à l'est de Bruxelles, et est sous contrôle depuis 15h. Outre l'auteur de l'attaque, les victimes sont un bébé de 23 mois, deux adolescents de 15 et 17 ans, un jeune homme de 20 ans et une femme de 75 ans.

L'attaque est survenue peu avant 12h30. L'agresseur, armé d'«un fusil, d'un revolver et de grenades» serait monté sur une plate-forme au-dessus d'une boulangerie et aurait lancé trois explosifs sur la foule, notamment en direction d'un abribus de la place Saint-Lambert. Il a ensuite tiré sur les passants. La place a été fermée à la circulation et un important dispositif de secours est sur place.

>>Des images de l'évacuation de la place, filmées par un riverain:

La voiture de l'auteur retrouvée sur la place

Une des personnes décédées est l'auteur de l’attaque, qui se serait suicidé d'une balle dans la tête. Des médias ont un premier temps évoqué l'existence d'un deuxième, voire d'un troisième tireur, mais l'homme a agi seul. Selon le Centre fédéral de crise, qui gère l'affaire, l'attaque n'est pas liée au terrorisme ni à une affaire judiciaire. 

L'homme, âgé de 33 ans, était connu des services judiciaires pour «des faits d'armes, de recel, de stupéfiants et de moeurs», a déclaré la procureur.  Il avait été condamné en septembre 2008 à 58 mois de prison ferme pour détention d'armes. Il était attendu ce mardi matin au tribunal pour une audition, a expliqué Danièle Reynders, mais ne s'y est pas rendu.

Il est arrivé place Saint-Lambert à bord d'une camionnette, qui a été retrouvée sur les lieux et que des démineurs ont fait exploser. La procureure a précisé que des perquisitions ont été effectuées au domicile de l'homme. La justice belge n'a jamais «relevé un quelconque déséquilibre le concernant», a ajouté Danièle Reynders.

Prise en charge des blessés

Le Soir indique que 28 blessés - la plupart âgés de 18 à 20 ans - ont été transférés à l'hôpital de la Citadelle. Cinq d'entre eux ont dû être opérés. La compagnie de transport public TEC a indiqué à Reuters que ses bus n'étaient plus autorisés à entrer dans le centre de la ville. Des blessés ont été pris en charge dans un musée voisin, l'Archéoforum. «Il y a des blessés, mais ne me demandez pas s'il y en cinq, sept, huit ou neuf, je ne sais pas», a confié le directeur de ce musée, Jean-Jacques Messiaen.

Le Premier ministre belge Elio Di Rupo a indiqué dans un communiqué que «ses premières pensées (allaient) aux victimes, à leurs familles et à leurs proches ainsi qu’à tous les Liégeois». Il se rendra sur place dans l'après-midi. Le roi Albert II devait également se rendre sur place dans l'après-midi.

>> Habitants de Liège, vous souhaitez témoigner après l’attaque? Écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr ou déposez votre commentaire ci-dessous.

>> Des images de la place Saint-Lambert après l'attaque:

 

>> Vidéo de témoignage de l'attaque de la place centrale de Liège réalisée par le quotidien belge Le Soir.