Une vidéo, première preuve de vie des trois Européens enlevés en octobre en Algérie

© 2011 AFP

— 

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui retient en otage une Espagnole et une Italienne enlevées avec un autre Espagnol en octobre 2011 en Algérie, a exigé une rançon de 30 millions d'euros pour libérer les deux femmes, a déclaré mercredi à l'AFP un de ses porte-parole.
Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), qui retient en otage une Espagnole et une Italienne enlevées avec un autre Espagnol en octobre 2011 en Algérie, a exigé une rançon de 30 millions d'euros pour libérer les deux femmes, a déclaré mercredi à l'AFP un de ses porte-parole. — Dominique Faget afp.com

Une première preuve de vie, sous forme de vidéo, des 3 Européens de nationalités espagnole et italienne enlevés en octobre dans la région de Tindouf (ouest de l'Algérie) a été montrée lundi à un journaliste de l'AFP par l'intermédiaire d'un médiateur oeuvrant à leur libération.

Sur cette vidéo de moins de deux minutes, on voit les visages non floutés d'un homme et de deux femmes. Les images sont précédées du nom de l'organisation jusqu'alors inconnue qui a revendiqué leur enlèvement: Jamat Tawhid Wal Jihad Fi Garbi Afriqqiya (Mouvement Unité pour le Jihad en Afrique de l'Ouest). Chacun des otages -un Espagnol, une Espagnole et une Italienne- se présente brièvement dans sa langue, sans formuler de revendication.

L'homme a le pied gauche entouré d'un bandage. Les deux femmes sont habillées d'une tunique de couleur bleue et portent chacune un voile couleur moutarde. Derrière les otages, des hommes en armes au visage en partie recouvert d'un turban, dont la plupart ont la peau noire. Samedi, le Mouvement Unité pour le Jihad en Afrique de l'Ouest, présenté comme dissident d'Aqmi, avait revendiqué ces enlèvements.