Les données clés du Tchad

— 

En accusant à plusieurs reprises ces derniers jours le Soudan de réarmer les rebelles en vue d'une nouvelle offensive, les autorités n'ont pas caché qu'elles se préparaient à de nouveaux combats.
En accusant à plusieurs reprises ces derniers jours le Soudan de réarmer les rebelles en vue d'une nouvelle offensive, les autorités n'ont pas caché qu'elles se préparaient à de nouveaux combats. — AFP/Infographie

Le Tchad, où le premier tour de l'élection présidentielle est prévue le 3 mai, est dirigé depuis fin 1990 par le président Idriss Deby Itno, ancien chef de guerre, élu en 1996 et 2001. Ce scrutin intervient trois semaines après une offensive des rebelles du Front uni pour le changement (Fuc), repoussée par l'armée loyaliste aux portes de N'Djamena après de violents combats. Petit tour d’horizon d’un pays enclavé au cœur de l’Afrique.

- SITUATION GEOGRAPHIQUE : un pays enclavé

Le Tchad est un pays enclavé d’une superficie de 1284000 km2. Il est constitué d'une zone sahélienne au sud et d'une immense partie désertique au nord. Il est frontalier de la Libye, du Soudan, de la Centrafrique, du Cameroun, du Nigeria et du Niger.

-Population : 8,8 millions d'habitants en 2004 (Banque mondiale).
- Réfugiés : environ 200 000 Soudanais ont trouvé refuge dans l'est du Tchad depuis le début de la rébellion dans la région soudanaise du Darfour en 2003.
- Capitale : N'Djamena.
- Langues : français et arabe (officielles).
- Religions : musulmans (53%), chrétiens (environ 30%), animistes (environ 20%).

- HISTOIRE/REGIME: le nord du pays en proie à de nombreux conflits

Le Tchad est une ancienne colonie française, devenue indépendante en 1960 sous la présidence de François (devenu N'Garta) Tombalbaye, assassiné en 1975 lors d'un coup d'Etat. Le nord du pays connaît dès 1965 une rébellion de plusieurs années.
Une guerre civile éclate en 1980 à N'Djamena entre les partisans de Goukouni Weddeye, président du Gouvernement d'union nationale de transition (Gunt, appuyé par la Libye) et ceux de son ministre de la Défense, Hissène Habré. Celui-ci s'empare du pouvoir en 1982.
En 1987, une guerre de "reconquête" permet aux forces gouvernementales de récupérer le nord occupé par les forces libyennes, à l'exception de la bande d'Aouzou, restituée au Tchad en 1994 après vingt et un ans d'occupation libyenne.
En décembre 1990, Hissène Habré est chassé du pouvoir par son ancien conseiller militaire Idriss Deby et trouve refuge au Sénégal.
Idriss Deby, élu une première fois en 1996 lors du premier scrutin pluraliste au suffrage universel organisé dans le pays, est réélu en 2001 à l'issue d'un scrutin entaché, selon l'opposition, de fraudes massives. En juin 2005, une réforme constitutionnelle, critiquée par l'opposition, est adoptée, permettant à Idriss Deby de briguer un troisième mandat en 2006.

- ECONOMIE : La pauvreté malgré le pétrole

Le Tchad, l'un des pays les plus pauvres du monde malgré la manne pétrolière, est confronté à une grave crise financière. Le pays a commencé à produire du pétrole en 2003 dans le bassin de Doba (sud). Ce projet, chapeauté par la Banque mondiale (BM), prévoit l'exploitation sur vingt cinq ans du gisement et l'évacuation du pétrole vers le terminal camerounais de Kribi, sur la côte Atlantique. La production actuelle de brut est de 200 000 barils par jour.
L'utilisation des pétrodollars par N'Djamena est à l'origine d'un conflit avec la BM, qui a suspendu début 2006 le versement de prêts au Tchad, après la modification unilatérale de la loi tchadienne sur la gestion des revenus du pétrole, mise au point avec le soutien de la BM. Le 27 avril, le Tchad et la BM sont parvenus à un accord intérimaire sur leur différend.
Le coton reste la première source de devises du pays. Le secteur agro-pastoral (près de 40% du PIB) occupe 80% de la population. Plus de 500 000 personnes ont été confrontées ces derniers mois à des pénuries alimentaires.
- Revenu par habitant : 260 dollars en 2004 (BM).
- Dette extérieure : 1,5 milliard de dollars en 2003 (BM).

- FORCES ARMEES :

Les effectifs de l'armée nationale tchadienne (ANT), en cours de réorganisation, sont évalués à 30350 hommes selon l'Institut international des études stratégiques (IISS, 2005/2006).
1 200 soldats français sont présents au Tchad dans le cadre du dispositif "Epervier" déployé depuis 1986.