Athènes: Heurts entre manifestants et forces de l'ordre

Reuters

— 

La police grecque a fait usage de gaz lacrymogène ce mardi à Athènes contre des dizaines de manifestants cagoulés qui jetaient des cocktails molotov et des pierres contre les forces de l'ordre en marge d'une manifestation. Des centaines de personnes s'étaient rassemblées dans la capitale jusqu'au parlement pour commémorer la mort d'un jeune lycéen tué par la police en 2008.

La mort d'Alexandros Grigoropoulos, 15 ans, avait déclenché les émeutes les plus violentes de l'histoire du pays. Les troubles, qui se nourrissaient également des difficultés économiques, avaient duré deux semaines et joué un rôle dans l'alternance politique aux législatives d'octobre 2009. La crise de la dette grecque a éclaté peu de temps après l'arrivée des socialistes au pouvoir, lorsque les nouveaux gouvernants ont découvert la réalité de la situation macroéconomique du pays.

Au moins dix blessés légers

La Grèce est depuis lors le théâtre de manifestations régulières qui dégénèrent souvent en affrontements entre policiers et manifestants devant le parlement. Ce mardi, dix personnes au moins ont été légèrement blessées. Des groupes de militants radicaux, vêtus de noir, ont brisé des vitrines et incendié des poubelles.

Des incidents ont été signalés dans d'autres quartiers d'Athènes ainsi qu'à Salonique, dans le nord du pays. Dans le centre d'Athènes, le cortège principal des manifestants a dénoncé les nouvelles mesures d'austérité. «La révolution sociale maintenant», pouvait-on lire sur une banderole. Le rassemblement a été dispersé en moins d'une heure, mais une nouvelle manifestation, dirigée contre la politique d'austérité, devait débuter en fin d'après-midi alors que les députés doivent se prononcer dans la soirée sur le budget 2012 préparé par le gouvernement d'union de Lucas Papadémos.