Les forces gouvernementales quittent Taiz au Yémen

Avec Reuters

— 

Les soldats fidèles au président sortant Ali Abdallah Saleh et les combattants de l'opposition ont commencé selon des témoins à quitter la ville de Taiz, dans le sud du Yémen, où des affrontements ont fait une vingtaine de morts en quatre jours. «Depuis ce matin, nous voyons les chars et les blindés se retirer de leurs positions dans l'est de Taiz», a confié Taoufik al Chabi, un activiste qui se trouve dans un campement dans le centre de la ville. «Nous constatons que les combattants (de l'opposition) ont quitté les rues», a-t-il précisé.

Jeudi, l'opposition et le parti du président Saleh ont conclu un accord pour former un gouvernement chargé d'assurer l'intérim jusqu'à la tenue d'une élection présidentielle le 21 février.

Mohammed Bassindoua, l'ancien ministre des Affaires étrangères choisi par les partis de l'opposition pour diriger un gouvernement d'union nationale, a déclaré que l'opposition pourrait revenir sur ses engagements si les tueries ne cessaient pas à Taiz.