Herman Cain jette l'éponge

Faustine Vincent

— 

Herman Cain abandonne, mais créé un site TheCainsolutions.com.
Herman Cain abandonne, mais créé un site TheCainsolutions.com. — F. GOLMAN / AP / SIPA

C'était le candidat favori de la primaire républicaine pour la présidentielle américaine de 2012. Confronté à des accusations de harcèlement sexuel et d'adultère, Herman Cain a fini par renoncer à briguer l'investiture de son parti pour l'élection. « Aujourd'hui, à l'issue de nombreuses prières et remises en question, je suspends ma campagne présidentielle », a déclaré le candidat noir américain samedi à Atlanta. Celui qui s'est toujours présenté comme un fervent chrétien et un bon père de famille a justifié sa décision par le trouble provoqué par ces accusations, qu'il assure « fausses et non prouvées », au sein de sa famille. « Je suis en paix avec Dieu. Je suis en paix avec ma femme » a ajouté Cain, pour qui « l'ombre du doute » planant sur sa campagne l'empêchait d'être crédible face à ses rivaux à un mois du début du processus de désignation.

Les cartes rebattues
Herman Cain, ancien dirigeant de la chaîne de restauration Godfather's Pizza, est soupçonné d'avoir harcelé sexuellement plusieurs femmes et d'avoir entretenu une liaison pendant treize ans avec une femme d'affaires d'Atlanta. Après avoir caracolé en tête des intentions de vote dans le camp républicain il y a deux mois, Cain a vu sa cote de popularité chuter en novembre : il était crédité de seulement 8 % dans l'Iowa, où débutera la primaire républicaine le 3 janvier.
Son retrait rebat les cartes de la primaire républicaine, qui devrait désormais s'orienter vers un face-à-face entre l'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, et son adversaire Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des représentants. Ce dernier, aujourd'hui en tête des intentions de vote dans l'Iowa, a précisé qu'il rencontrerait Herman Cain la semaine prochaine et qu'il lui laissait le temps de la réflexion sur un éventuel ralliement à sa candidature. De son côté, Romney s'est contenté de déclarer que les électeurs républicains, évaluant les différents prétendants, comprendront qu'il est le candidat dont « ils ont besoin ».

Pas de retrait total

S'il abandonne la course dans la primaire républicaine, Herman Cain ne renonce pas complètement à la politique. Ce week-end, il a redirigé ses partisans vers le site Internet TheCainSolutions.com. L'ancien favori à la primaire républicaine, réputé ultra-conservateur, doit y développer ses idées politiques.