Etats-Unis: Il injectait du ciment et de la colle dans les fesses et les joues de ses patients

CHIRURGIE Les victimes du «docteur» Morris racontent leur calvaire...

Nicolas Beunaiche

— 

Rajee Narinesingh, une des victimes du «docteur» Morris, un faux chirurgien esthétique, sur la chaîne américaine CBS, le 30 novembre 2011.
Rajee Narinesingh, une des victimes du «docteur» Morris, un faux chirurgien esthétique, sur la chaîne américaine CBS, le 30 novembre 2011. — 20minutes.fr

La France avait le docteur Maure, ce chirurgien esthétique marseillais aux méthodes ravageuses, les Etats-Unis découvrent eux peu à peu le «docteur» Morris. Depuis son arrestation la semaine dernière, les Floridiens se passionnent pour l’histoire de ce charlatan  -Oneal Ron Morris de son nom complet- dont le traitement miracle consistait à injecter un mélange explosif de ciment et de colle dans les fesses, les lèvres ou les joues de ses patientes.

Lundi, une de ses victimes, un transsexuel répondant au nom de Rajee Narinesingh, s’est confiée à une chaîne de télévision locale. S’il s’est adressé au «docteur» Morris, raconte-t-il, c’est en raison de son manque de moyens. Morris se présentait comme un chirurgien désintéressé, et Narinesingh a vu en lui un moyen peu coûteux de s’offrir un nouveau menton, des lèvres plus pulpeuses et des joues plus rebondies, sans passer par le cabinet d’un authentique médecin. Quelques mois plus tard, il a pourtant dû se résoudre à consulter un spécialiste. Et pour cause: Morris l’avait «défiguré».

Du liquide pour les pneus en guise de botox

Grâce à ce type de témoignage, la police commence à en savoir plus sur ce chirurgien amateur, si confiant dans ses méthodes d’artisan-maçon qu’il les avait utilisées sur sa propre personne. Selon les enquêteurs, l'homme, âgé de 30 ans, officiait clandestinement dans des chambres d'hôtel ou au domicile de ses patientes. Là, il leur injectait dans le corps toutes sortes de produits: du ciment et de la colle donc, mais aussi de la paraffine ou encore du liquide anti-crevaison.

Pour mener à bien ses opérations, Morris, qui espérait devenir une femme, comme la plupart des personnes qui le sollicitaient, pouvait compter sur l’aide de son assistant, Corey Alexander Eubank. C’est en sa compagnie qu’il a été arrêté la semaine dernière, grâce aux informations fournies par une de leurs anciennes patientes.

Désormais libre, après avoir payé une caution de 5.000 dollars, Morris devrait toutefois entendre parler de la justice dans les semaines qui viennent. Deux plaintes ont déjà été déposées contre lui à Miami.