Birmanie: Aung San Suu Kyi dit faire confiance aux autorités

Reuters

— 

Aung San Suu Kyi, chef de file de l'opposition birmane et lauréate du prix Nobel de la paix, est prête à parier sur la bonne foi des réformes démocratiques engagées dans son pays.

«Nous espérons qu'ils (les membres du gouvernement) sont sincères», a-t-elle déclaré lors une visioconférence avec le Conseil américain des relations extérieures, à Washington. «Je pense que nous devons être prêts à prendre le risque. Rien n'est garanti.» Elle s'exprimait alors qu'Hillary Clinton entamait une visite officielle, la première d'un secrétaire d'Etat américain depuis 1955.

Hillary Clinton doit rester trois jours en Birmanie, où elle plaidera la cause des réformes auprès des nouveaux dirigeants civils du pays. Aung San Suu Kyi a également confirmé mercredi son intention de se présenter aux élections législatives partielles qui doivent avoir lieu avant la fin de l'année dans une cinquantaine de circonscriptions. Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), a boycotté les élections l'année dernière, mais, explique-t-elle, il espère désormais obtenir des sièges au Parlement, ouvrir des bureaux dans tout le pays et lancer un journal.

«Nous devons tirer parti au maximum des opportunités qui se sont ouvertes à nous ces derniers mois», a-t-elle poursuivi. «J'ai la conviction que la majorité du peuple birman veut une transition démocratique pacifique et harmonieuse.»