L'immigration aux Etats-Unis en chiffres

— 

Terre d'accueil depuis les années 1840, les Etats-Unis sont toujours aujourd'hui l'une des destinations privilégiées des migrants. Parfois à leurs risques et périls.

Rappel historique

La première vague massive d'immigration vers les Etats-Unis a lieu entre 1840-1860. Les Irlandais fuient la grande famine et de nombreux Allemands s'engagent dans l'armée de l'Union, pendant la guerre de Sécession. Mais l’apogée de l'immigration se situe entre 1870 et 1920. 20 millions d'Européens émigrent pendant cette période vers les Etats-Unis, notamment des juifs d’Europe centrale fuyant l’antisémitisme et les pogroms.

Actuellement, 22% des Américains ont des racines allemandes, 39 millions sont des descendants d'immigrants irlandais et la population juive américaine atteint 5 millions.

Face à l'arrivée massive d'immigrés qui ne sont pas anglo-saxons, l'administration américaine prend des mesures qui limitent l'immigration à la fin du XIXe siècle et jusqu'en 1965. La xénophobie affecte alors particulièrement les immigrés asiatiques : en 1882, le Chinese Exclusion Act interdit l'immigration chinoise sur le sol américain pour une période de dix ans. En mai 1921, le Congrès instaure une politique de quotas par nationalité.

Ce système de quotas est abandonné après 1965, par le président Lyndon Johnson, ouvrant ainsi une nouvelle période d'immigration de masse. En 1978, le Congrès adopte un plafond mondial, sans distinction de race et autorisant 290 000 entrées par an : sont privilégiés le regroupement familial et l'asile politique aux réfugiés du bloc communiste. C'est l'époque de l'immigration hispanique et asiatique.

C'est en 1991 que l'arrivée de nouveaux immigrants sur le sol américain bat tous les records de l'histoire du pays : 1 827 167 immigrants sont accueillis cette année-là. L'origine des migrants est de plus en plus diversifiée.

En raison d'une tradition de droit du sol, tout enfant né sur le territoire des Etats-Unis peut être déclaré citoyen américain. Le mariage avec une personne de nationalité étatsunienne ne confère pas en revanche par ce seul fait la nationalité de ce pays.

Après les attentats du 11 septembre 2001, certains politiciens américains réclament une politique d'immigration moins laxiste. Les traditionnelles «cartes vertes» sont remplacées par des procédures informatiques sécurisées.

Aujourd’hui

Les Etats-Unis restent une destination privilégiée en termes d’immigration. En général, environ 675 000 visas sont accordés chaque année, mais ceux-ci sont limités à 20 000 par pays. La règle est celle de l'ordre chronologique des demandes ; il existe deux grands motifs d'entrée sur le territoire américain : le regroupement et la recherche d'un travail.

- L’origine des immigrés en 2002 : (La civilisation américaine, PUF, 2004)

Mexique : 219 380
Inde : 71 000
Chine : 61 282
Philippines : 51 308
Viêt Nam : 33 627
Salvador : 31 168
Cuba : 28 272
République dominicaine : 22 604
Bosnie-Herzégovine : 25 373
Ukraine : 21 217

- L’immigration hispanique :

Les immigrés d’Amérique latine et leurs descendants représentent aujourd’hui 12,5% de la population des Etats-Unis. Il s’agit de loin de la plus nombreuse des communautés immigrées, qui connaît une croissance continue : de 1,9 million de personnes en 1940, cette population est passée à 9,6 millions en 1970, avant d’atteindre 22,4 millions en 2000. En 2003, les Hispaniques (37 millions de personnes), ont dépassé les 36,2 millions d'Afro-Américains. Les derniers chiffres datent de 2004, où l’on recense 40,7 millions de personnes originaires de l’Amérique latine. En 2020, cette population devrait pointer à 60 millions d’individus, soit presque autant que la population française actuelle.

- L’origine de la population hispanique :

58,5% de Mexicains
17,3% d’autres hispaniques
9,6% de Portoricains
4,8% de Centro-Américains (dont 1,9% de Salvadoriens)
3,8% de Sud-Américains (dont 1,3% de Colombiens)
2,2% de Dominicains
0,3% d’Espagnols

- Les clandestins

Sur les 11,1 millions de clandestins que comptent les Etats-Unis (mars 2005),
78% sont originaires d’Amérique latine
13% d’Asie
6% d’Europe et du Canada
3% viennent du reste du monde.

40% de ces clandestins - ceux qui sont installés depuis plus de cinq ans - devraient être régularisés dans le cadre du projet de loi sur l’immigration adopté en commission du Sénat.

Une grande partie de ces immigrants illégaux sont originaires du Mexique. Le président mexicain, Vicente Fox, estime leur nombre à entre 3 et 4 millions. Plus de 400 personnes ont péri en 2005 en effectuant la traversée de la frontière, devenue très périlleuse au nord de Tijuana, en raison des risques de la traversée dans le désert : déshydratation, insolation...