Attaques sanglantes en Norvège: Breivik est-il pénalement responsable?

© 2011 AFP

— 

Les experts-psychiatres chargés de se prononcer sur la responsabilité pénale d'Anders Behring Breivik doivent remettre ce mardi un rapport déterminant pour la réponse judiciaire à donner aux attaques sanglantes qu'il a reconnu avoir commis le 22 juillet en Norvège.
Les experts-psychiatres chargés de se prononcer sur la responsabilité pénale d'Anders Behring Breivik doivent remettre ce mardi un rapport déterminant pour la réponse judiciaire à donner aux attaques sanglantes qu'il a reconnu avoir commis le 22 juillet en Norvège. — Thomas Winje Oeijord afp.com

Les experts-psychiatres chargés de se prononcer sur la responsabilité pénale d'Anders Behring Breivik doivent remettre ce mardi un rapport déterminant pour la réponse judiciaire à donner aux attaques sanglantes qu'il a reconnu avoir commis le 22 juillet en Norvège. Si les deux psychiatres concluent qu'il était mentalement en possession de ses moyens au moment de son geste, l'extrémiste de 32 ans sera passible d'une peine d'emprisonnement pour la mort de 77 personnes. Dans le cas contraire, il devra être interné en hôpital psychiatrique.

Arrivant avec un mois de retard sur le calendrier initial, le rapport sera remis à 09h00 (08h00 GMT) au tribunal d'Oslo et le Parquet devrait en révéler les grandes lignes lors d'une conférence de presse à 13H00. Actuellement en détention provisoire dans une prison de haute sécurité, Behring Breivik sera jugé à partir du 16 avril 2012 lors d'un procès qui devrait durer environ 10 semaines.

Il se disait en croisade contre l'«invasion musulmane» et le multiculturalisme en Europe

La peine maximale prévue par la loi norvégienne pour ce type d'affaires est de 21 ans de prison mais une forme de rétention de sûreté permet de maintenir un détenu derrière les barreaux tant qu'il est considéré comme dangereux. «J'ai beaucoup de questions en tête. J'ai très hâte de savoir ce que le rapport va pouvoir nous dire», a déclaré Geir Lippestad, l'avocat de Behring Breivik, à l'agence NTB. Fin juillet, Me Lippestad avait estimé que son client était probablement «dément», une expression qu'il a par la suite regrettée, préférant dire qu'il avait «sa propre perception de la réalité».

Se disant en croisade contre l'«invasion musulmane» et le multiculturalisme en Europe, Behring Breivik a reconnu être l'auteur de l'attentat à la bombe contre le siège du gouvernement norvégien le 22 juillet, et de la fusillade peu après contre un rassemblement de jeunes sur l'île d'Utoeya, près d'Oslo. S'il reconnaît les faits, Behring Breivik refuse en revanche de plaider coupable, estimant qu'il s'agissait d'un acte de guerre et que son geste était «atroce mais nécessaire».