Maroc: Le leader du PJD reçu par le roi pour être nommé Premier ministre

© 2011 AFP
— 
Lundi, les quotidiens marocains ont salué "le sacre de la démocratie" (Les Echos) et considéré le scrutin de vendredi comme un "tournant" (Le Soir). Le quotidien arabophone Al Ahdath a titré : "Le Maroc nouveau attend son gouvernement de barbus".
Lundi, les quotidiens marocains ont salué "le sacre de la démocratie" (Les Echos) et considéré le scrutin de vendredi comme un "tournant" (Le Soir). Le quotidien arabophone Al Ahdath a titré : "Le Maroc nouveau attend son gouvernement de barbus". — Abdelhak Senna afp.com

Le chef du parti islamiste Justice et développement (PJD), grand vainqueur des législatives de vendredi dernier, devrait être reçu mardi par le roi Mohamed VI qui devrait le nommer au poste de chef de gouvernement, a indiqué le PJD ce lundi.

«Abdelilah Benkirane (le secrétaire général du PJD) pourrait être reçu demain (mardi) au palais pour être officiellement nommé», a déclaré lundi à l'AFP Lahcen Daoudi, le président du groupe parlementaire sortant du PJD et l'un de ses dirigeants. Ce parti islamiste modéré a remporté une large victoire aux législatives du 25 novembre au Maroc avec 107 sièges sur 395. Pour la première fois dans l'histoire moderne du royaume, des islamistes vont diriger le gouvernement.

Concertation en vue d'une coalition

La nouvelle constitution, proposée par le roi et adoptée par référendum en juillet, prévoit en effet que le souverain désigne le chef du gouvernement au sein du parti arrivé en tête des élections législatives. «Abdelilah Benkirane va ensuite commencer les concertations avec les partis qui devraient composer la coalition», a ajouté Lahcen Daoudi. Le système politique marocain veut que le gouvernement soit toujours composé d'une coalition de partis.

Selon le site d'information lakome.com, le chef du PJD a été convoqué par le cabinet royal dans la nuit de dimanche à lundi, juste après une conférence de presse qu'il avait tenue dans le siège de son parti à Rabat, sans donner plus de détails. Lors de cette conférence de presse, Abdelilah Benkirane avait déclaré que le roi peut désigner Premier ministre la personne de son choix parmi les responsables du PJD, islamiste.