Des manifestants près de la place Tahrir, au Caire, le 21 novembre 2011.
Des manifestants près de la place Tahrir, au Caire, le 21 novembre 2011. — REUTERS/Amr Dalsh

CRISE

Egypte: La présidentielle organisée avant fin juin, annonce Tantaoui

L'armée égyptienne a en outre accepté la démission du gouvernement intérimaire...

Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige le Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir en Egypte, a annoncé ce mardi soir que l'élection présidentielle devrait avoir lieu avant la fin juin.

Cette décision marque une accélération du processus de transfert du pouvoir aux civils: jusqu'à présent, le calendrier des militaires ne prévoyait pas de présidentielle avant la fin 2012 ou le début 2013. Cette annonce vise directement à calmer les revendications des manifestants en faveur d'un transfert accéléré du pouvoir.«Les gens ont le sentiment qu'Hosni Moubarak est toujours au pouvoir. En Tunisie, ils ont déjà organisé des élections», rappelle Ahmad Gad, un étudiant de 20 ans. «Personne ne quittera la place avant que le conseil militaire quitte le pouvoir», ajoute un homme de 58 ans.

Tantaoui accepte la démission du gouvernement intérimaire

Le maréchal Tantaoui a en outre annoncé à la télévision nationale qu'il acceptait la démission du gouvernement d'Essam Charaf, intervenue dimanche à la suite des manifestations et de violences. Il a présenté ses condoléances aux familles des 36 personnes tuées dans les violences des derniers jours, et assuré que l'armée était prête à rentrer immédiatement dans ses casernes si la population exprime un tel souhait par référendum. Il a confirmé d'autre part que les législatives, dont la première phase doit débuter lundi, auraient lieu dans les délais prévus. 

L'armée est aux commandes du pays depuis le départ du président Hosni Moubarak en février. Des incertitudes continuent de planer sur l'ampleur du remaniement auquel sont prêts à procéder les militaires. Une solution pourrait être de remplacer les ministres de l'Intérieur et de l'Information, particulièrement impopulaires. Le maréchal Tantaoui, 76 ans, qui a servi comme ministre de la Défense d'Hosni Moubarak pendant deux décennies, devait s'exprimer dans la journée sur la crise.