Italie: Mario Monti compose un gouvernement de techniciens

MONDE Le nouveau président du Conseil aura une double casquette puisqu'il s'est également octroyé le ministère de l'Economie...

E.O., avec Reuters

— 

Mario Monti et son nouveau gouvernement prêtent serment à Rome, en présence du président Giorgio Napolitano, le 16 novembre 2011.
Mario Monti et son nouveau gouvernement prêtent serment à Rome, en présence du président Giorgio Napolitano, le 16 novembre 2011. — SIPA/ LAPRESSE/ SCROBOGNA

Quelques jours après la démission de Silvio Berlusconi, Mario Monti, son successeur à la présidence du Conseil italien a révélé ce mercredi les noms des membres de son gouvernement. L'ancien commissaire européen a formé une équipe composée uniquement de techniciens pour affronter une crise de la dette qui menace l'ensemble de la zone euro.

Le nouveau gouvernement, dans lequel Mario Monti s'est réservé le portefeuille-clé de l'Economie, a prêté serment à 17h. Aucun politique ne figure parmi les 16 membres, comme le président du Conseil l’avait promis.

Appui de la plupart des partis

Pour certains analystes, l'absence de dirigeants politiques pourrait rendre ce gouvernement vulnérable face aux députés lorsqu'il tentera de faire adopter des mesures impopulaires. «Il Professore» rétorque que cela est plus un atout qu'un handicap pour l'exécutif parce que des ministres techniciens pourront échapper aux querelles de partis.

«L'absence de personnalités politiques au sein du gouvernement aidera plutôt qu'affaiblira la solidité du soutien au Parlement et dans les partis, pour la bonne raison qu'elle supprime une cause de désaccord», a expliqué Mario Monti.

Il a annoncé qu'il présenterait son programme de gouvernement jeudi au Sénat. Un vote de confiance suivra dans les deux chambres, où Mario Monti devrait pouvoir compter sur une majorité écrasante. La plupart des partis de la Péninsule lui ont déjà promis leur appui, à l'exception de la Ligue du Nord, partenaire du gouvernement sortant de Silvio Berlusconi. Le soutien du Parti de la liberté (PDL, droite) de Silvio Berlusconi, contraint à la démission en raison de la spirale de la crise, sera crucial pour le succès du gouvernement Monti.

Les membres du nouveau gouvernement italien

Président du Conseil et ministre de l'Economie: Mario Monti
Affaires étrangères: Giulio Terzi di Santagata
Intérieur: Anna Maria Cancellieri
Justice: Paola Severin
Défense: Giampaolo Di Paola
Industrie, Infrastructures et Transports: Corrado Passera
Agriculture: Mario Catania
Environnement: Corrado Clini
Travail, Politique sociale et Egalité des chances: Elsa Fornero
Santé: Renato Balduzzi
Education et Recherche: Francesco Profumo
Culture: Lorenzo Ornaghi
Affaires européennes: Enzo Moavero Milanesi
Tourisme et Sport: Piero Gnudi
Relations régionales: Fabrizio Barca
Relations avec le parlement: Piero Giarda
Coopération internationale: Andrea Riccardi