Chavez appelle la France à «respecter» les droits de Carlos

Reuters

— 

Le président vénézuélien Hugo Chavez a volé mardi au secours de son compatriote "Carlos" en demandant que ses droits soient respectés lors de son second procès en France pour terrorisme.

Légende du terrorisme des années 1980, le Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez est jugé une seconde fois en France, où il est emprisonné depuis 17 ans. Il répond de quatre attentats qui ont fait onze morts et près de 200 blessés en 1982 et 1983.

Recevant le chef de la diplomatie brésilienne, le chef de file auto-proclamé de la gauche radicale en Amérique latine a qualifié "Carlos" de «digne combattant des plus grandes luttes menées au nom de la justices des peuples (du monde)» en se référant à son passé révolutionnaire.

«C'est mon compatriote, n'est-ce pas? Indépendament de qui est Ilich Ramirez, c'est un Vénézuélien et en tant que tel, l'Etat (vénézuélien) a des obligations envers tout compatriote en difficulté dans le monde». «Il faut nous assurer que ses droits soient respectés», a ajouté l'ancien officier parachutiste putschiste au pouvoir à Caracas.