Italie: Gênes se relève difficilement d'inondations qui ont fait six morts, dont deux fillettes

INTEMPÉRIES n tiers de la pluviométrie annuelle relevée sur cette zone est tombé en cinq ou six heures...

© 2011 AFP

— 

La grande ville portuaire de Gênes (nord-ouest) se relevait difficilement samedi d'inondations-éclair qui ont fait six morts dont deux fillettes et dévasté des quartiers entiers la veille, tandis que le front du mauvais temps s'étendait à d'autres régions.
La grande ville portuaire de Gênes (nord-ouest) se relevait difficilement samedi d'inondations-éclair qui ont fait six morts dont deux fillettes et dévasté des quartiers entiers la veille, tandis que le front du mauvais temps s'étendait à d'autres régions. — Massimo Cebrelli afp.com

La grande ville portuaire de Gênes, dans le nord-ouest de l'Italie, se relevait difficilement ce samedi d'inondations-éclair qui ont fait six morts dont deux fillettes et dévasté des quartiers entiers la veille, tandis que le front du mauvais temps s'étendait à d'autres régions.

La circulation était interdite dans le centre sauf pour les camions de pompiers et secours, les taxis et les autobus, afin de déblayer les rues envahies de boue, de troncs d'arbres, de poubelles renversées, de scooters et automobiles encastrés les uns dans les autres.

Un tiers de la pluviométrie annuelle en cinq ou six heures

La quantité de pluie tombée sur Gênes en cinq ou six heures (356 mm) a été équivalente au tiers de la pluviométrie annuelle et les inondations de vendredi matin sont considérées comme les pires vécues par la ville depuis 41 ans quand un épisode similaire fit 25 morts au même endroit.

Les secouristes cherchaient à débarrasser les caves, appartements en sous-sols, magasins et rez-de-chaussée d'immeubles de la boue et du limon laissés dans leur crue par la rivière Fereggiano et le torrent Bisago qui traversent Gênes, métropole industrielle qui s'est développée dans les années 70/80 entre la mer et des collines abruptes.

Il continuait de pleuvoir samedi sur Gênes, ville portuaire de plus de 600.000 habitants, mais aussi sur la zone de La Spezia, toujours dans la région de Ligurie touchée avec le nord de la Toscane par des inondations et glissements de terrain catastrophiques qui avaient fait 10 morts et des centaines de millions d'euros de dégâts, il y a une semaine.

Eboulements et glissements de terrain sur les routes

Les sauveteurs effectuaient des contrôles sur des dizaines d'éboulements et glissements de terrain sur les routes. Deux bourgs proche de La Spezia ont été évacués par précaution. Compte tenu de la poursuite des précipitations, le responsable de la protection civile locale Francesco Scidone a souligné que le niveau très élevé d'«alerte 2» serait maintenu jusqu'à dimanche midi.

Le maire centre-gauche de Gênes, Marta Vincenzi, qui s'est rendue dans les quartiers les plus touchés a été huée aux cris de «honte, honte, rentre chez toi, démission». Même si Marta Vincenzi a qualifié d'«imprévisible», d'aucuns lui ont reproché de ne pas avoir fermé les écoles vendredi, ni interdit la circulation automobile. Le président italien Giorgio Napolitano a parlé de «tragédie» appelant à rapidement «en déterminer les causes».

Outre le réchauffement de la planète, des journaux stigmatisaient des normes régionales trop laxistes avec une distance minimale pour la construction à proximité d'un cours d'eau passée de 10 à 3 mètres ces dernières années. Les intempéries se sont étendues samedi au Piémont notamment à Ovada où une quinzaine de familles ont été évacuées après un violent orage.

L'alerte météo concerne aussi la Toscane, les environs de Rome, ainsi que le sud de la péninsule où les îles éoliennes (Sicile) étaient inaccessibles en raison de fortes rafales de Sirocco.