La Chine invite l'Iran à la souplesse sur le dossier nucléaire

Reuters

— 

La Chine a invité ce vendredi l'Iran et l'AIEA à faire preuve de souplesse sur le dossier nucléaire iranien en mettant en garde contre tout recours à la force pour régler cette question. La tension entre Téhéran et les Occidentaux s'accroît à l'approche de la publication, sans doute mardi, d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les activités nucléaires de Téhéran. La presse israélienne relaye des spéculations sur une possible attaque de l'Etat juif contre les installations nucléaires iraniennes.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France entendent maintenir sur la République islamique une «pression sans précédent», selon les termes de Barack Obama, pour qu'elle remplisse ses obligations. Malgré quatre trains de sanctions de l'Onu depuis 2006, l'Iran refuse de geler ses activités d'enrichissement de l'uranium qui font craindre aux Occidentaux l'existence d'un programme nucléaire militaire clandestin. Téhéran affirme se doter de l'énergie atomique à des fins civiles.

La Russie et la Chine exhortent l'AIEA à donner du temps à l'Iran

Dans son rapport, l'AIEA devrait faire état d'éléments soutenant la thèse d'un programme militaire sans aller jusqu'à déclarer explicitement que l'Iran cherche à fabriquer une arme atomique, indiquent des diplomates occidentaux. La Russie et la Chine exhortent de leur côté l'agence onusienne à donner du temps à l'Iran pour examiner et répondre aux accusations de l'AIEA avant publication du rapport.

«L'AIEA doit adopter une position impartiale et objective et rechercher une coopération positive avec l'Iran pour clarifier certaines questions», a dit vendredi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei lors d'un point presse. «L'Iran devrait faire preuve de souplesse et de sincérité et coopérer au mieux avec l'AIEA», a-t-il ajouté.

«La Chine s'oppose à l'usage de la force ou à la menace d'un recours à la force dans les affaires internationales. En ce moment, il est extrêmement important d'éviter tout nouveau bouleversement au Moyen-Orient», a souligné le porte-parole. Pékin est prêt à jouer un «rôle constructif» pour une solution négociée, a-t-il dit.