Tunisie: Les résultats des premières élections libres attendus ce lundi

ELECTIONS Le dépouillement est en cours...

Reuters

— 

Le dépouillement est en cours ce lundi en Tunisie, où les électeurs se sont massivement rendus aux urnes pour désigner une assemblée constituante à l'occasion du premier scrutin démocratique issu du Printemps arabe.

Pionniers de cette vague de soulèvements contre des régimes autocratiques en Afrique du Nord et au Proche-Orient, les Tunisiens ont été plus de 90% à exercer leur droit de vote dimanche, neuf mois après avoir renversé Ben Ali.

En raison de cette forte participation, les autorités électorales ont prévenu qu'elles n'annonceraient de résultats que dans le courant de la journée de lundi, au plus tôt.

Ennahda en tête

La radio publique a rapporté que, selon des résultats partiels à Sfax et au Kef, le parti Ennahda (Renaissance) arrivait en tête dans ces deux grandes villes de province.Deux formations laïques arriveraient en deuxième position, le Congrès pour la République à Sfax et Ettakatol au Kef.

Les islamistes d'Ennahda étaient présentés comme les favoris de ce scrutin, à l'issue duquel sera formée une assemblée constituante qui désignera un gouvernement provisoire et fixera la date d'élections législatives et présidentielle. Ils ne devraient toutefois pas remporter de majorité et risquent de se heurter à un front de formations laïques.

Principes religieux

Citant ses propres décomptes officieux, Ennahda affirme être en tête dans les votes à l'étranger. L'importante diaspora tunisienne a pu voter plusieurs jours avant les électeurs de Tunisie.

Le parti se défend de vouloir imposer une application stricte des principes religieux à une société tunisienne habituée depuis la décolonisation à un mode de vie libéral. Pour les observateurs, le parti est tiraillé entre une direction modérée et une base parfois plus radicale.

Un scrutin très suivi

La communauté internationale suit très attentivement ces élections, qui pourraient fournir une indication des développements à attendre dans les bouleversements en cours dans le monde arabe.

Barack Obama a déclaré que la révolution tunisienne, déclenchée par l'immolation du jeune Mohamed Bouazizi en geste de désespoir face au chômage et à la répression, avait «changé le cours de l'Histoire».

«Tout comme tant de Tunisiens ont manifesté pacifiquement dans les rues et sur les places en faveur de leurs droits, ils ont fait la queue aujourd'hui pour voter et décider de leur propre avenir», a réagi le président américain dans un communiqué publié par la Maison blanche.